Le Blog d'Elsa de Romeu : Information alternative, pertinente et impertinente
the Golden Owl

A World Apart – Chapitre VIII – Rébus

Shêng Ming Zhi huâ /Fleur de Vie était la PDG de Red Howl, une société de Sécurité des Systèmes Informatiques qu’elle avait fondée avec 3 amis,
à sa sortie de CentraleSupélec, où elle avait accompli un Master Spécialisé en Cybersécurité, complété par un cursus d’Intelligence Artificielle et Big Data auprès de l’ESGI (Ecole Supérieure de Génie Informatique), à Paris
Elle était très fière de son quatuor, car ses amis ne l’avaient jamais déçue,
que ce soit sur le plan technique, stratégique, commercial ou humain.
En l’espace de I0 ans, ils étaient tous devenus millionnaires, et la société continuait à prospérer, ayant dans sa clientèle des multinationales aussi voraces que paranoïaques, des banques centrales,
des fonds de pension impitoyables, quelques institutions internationales principalement localisées en Suisse,
des sociétés de défense et d’armement ;
elle avait même fait quelques excursions de soutien auprès de services secrets européens.

Shêng Ming Zhi huâ /Fleur de Vie était la PDG de Red Howl, une société de Sécurité des Systèmes Informatiques qu’elle avait fondée avec 3 amis, à sa sortie de CentraleSupélec, où elle avait accompli un Master Spécialisé en Cybersécurité, complété par un cursus d’Intelligence Artificielle et Big Data auprès de l’ESGI (Ecole Supérieure de Génie Informatique), à Paris.

Elle était très fière de son quatuor, car ses amis ne l’avaient jamais déçue, que ce soit sur le plan technique, stratégique, commercial ou humain. En l’espace de I0 ans, ils étaient tous devenus millionnaires, et la société continuait à prospérer, ayant dans sa clientèle des multinationales aussi voraces que paranoïaques, des banques centrales, des fonds de pension impitoyables, quelques institutions internationales principalement localisées en Suisse, des sociétés de défense et d’armement ; elle avait même fait quelques excursions de soutien auprès de services secrets européens.

Mais ses associés ignoraient que son père l’avait, jusqu’à sa disparition prématurée, secrètement formée à son redoutable savoir-faire en matière de Hacking informatique, dès son + jeune âge. Au moment de sa disparition inexpliquée, elle commençait même à le dépasser en talent.

Elle se plaisait à considérer que son goût pour le Taoïsme et le Shintoïsme, ainsi que sa pratique assidue du Kyûdô, art du Tir à l’arc japonais, et du Kenjutsu, la Voie du Sabre japonaise, n’étaient pas étrangers à sa dextérité et à ses prouesses hors pair dans le domaine du Hacking.

Il fallait en effet une discipline et une concentration sans faille pour parvenir à ses fins tout en organisant et garantissant son intraçabilité, au-delà de l’équipement informatique et électronique nécessaire. Son surnom dans le milieu était Black Phantom.

Son mari, Matthieu, ne se doutait pas non plus de ses pratiques obscures, croyant qu’elle faisait des heures sup liées à sa fonction prestigieuse.

Les langages de programmation Python, C, Perl et Lisp, l’écriture HTML, ainsi que le système d’exploitation Unix/Linux et le réseau de groupes de discussion Usenet n’avaient plus de secret pour elle, mais c’était son sens aigüe de la fraternité et son humilité naturelle qui avaient construit sa notoriété immaculée.

Elle n’avait jamais laissé tomber personne, et avait quantité de “Battle Buddies” aux 4 coins de la planète dont, à vrai dire, elle se sentait psychiquement infiniment + proche que de son mari qui se contentait amplement de fonctionner dans le monde “normal” et ignorait tout du monde souterrain qu’elle fréquentait, qui était pourtant le soubassement de l’interface visible qu’elle et ses amis surnommaient sobrement “Matrix”.

Mais ce qui la préoccupait le +, en ce moment, était l’émergence d’une nouvelle maladie, surnommée la “Mort Blanche”. Ses symptômes étaient une opacification de la cornée, causant peu à peu à la cécité, puis un engourdissement musculaire et nerveux résultant de la dégénérescence auto-immune du système nerveux central, et enfin, des troubles neurologiques menant à la démence vasculaire.

La glande Pinéale, aussi appelée Epiphyse, se calcifiait et nécrosait totalement dans ce processus, ce qui occasionnait quantité de dommages périphériques : respiratoires, cardiaques, psychiques (dépression), insomnie.

Il n’existait aucun remède connu, et Fleur de Vie soupçonnait, avec bien d’autres personnes éclairées, qu’il s’agissait d’un syndrome lié au smog électromagnétique qui caractérisait leur monde hyperconnecté, de plus en plus piloté par l’Intelligence Artificielle, saturé d’ondes toxiques et irradiantes, perturbant la communication intercellulaire, cruciale pour tout organisme vivant.

 
Partagez la Connaissance ...
20
20

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

close

Vous appréciez mon blog ? Faites-le savoir !
Enjoy this blog ? Spread the word ...