Le Blog d'Elsa de Romeu : Information alternative, pertinente et impertinente
Godlike

A World Apart – Chapitre X – Rédemption

Djibril Kamara ne se considérait pas comme un Tueur, mais comme un Sauveteur :
ses proies étaient des assassins de Ière catégorie, commettant de meurtres de sang froid, prémédités, organisés et toujours rentables sur des victimes innocentes.
Aussi, Djibril n’exécutait des vies isolées que pour en sauver tant d’autres.
Il se percevait comme un Croisé – un Chevalier camouflé des temps post modernes, se faisant passer pour un Mercenaire afin de répandre le Bien au fil de l’épée,
ou +tôt de l’Arbalète Compound qui devenait entre ses doigts une arme foudroyante.
De plus, il enviait ses cibles qu’il menait à trépas en un soupir, sans même qu’elles en aient conscience.
Elles glissaient dans leur grand sommeil moelleux comme prises d’une langueur subite, car ses tirs opéraient tels un éclair unique.

Djibril Kamara ne se considérait pas comme un Tueur, mais comme un Sauveteur : ses proies étaient des assassins de Ière catégorie, commettant de meurtres de sang froid, prémédités, organisés et toujours rentables sur des victimes innocentes.

Aussi, Djibril n’exécutait des vies isolées que pour en sauver tant d’autres. Il se percevait comme un Croisé – un Chevalier camouflé des temps post modernes, se faisant passer pour un Mercenaire afin de répandre le Bien au fil de l’épée, ou +tôt de l’Arbalète Compound qui devenait entre ses doigts une arme foudroyante.

De plus, il enviait ses cibles qu’il menait à trépas en un soupir, sans même qu’elles en aient conscience. Elles glissaient dans leur grand sommeil moelleux comme prises d’une langueur subite, car ses tirs opéraient tels un éclair unique.

Djibril avait vu tant de gens, en sa terre natale de Sierra Leone, se faire torturer, démembrer, dépecer, éventrer. Leur agonie était lente et il avait ainsi appris combien mourir peut être difficile et pénible,

à commencer par sa propre mère immolée sous ses yeux, avant qu’il ne soit enlevé par les milices gouvernementales pour rejoindre leurs rangs d’enfants-soldats robotisés et galvanisés par les drogues, au service invisible des multinationales apatrides – et putrides.

Mais il n’avait, lui-même, jamais torturé quiconque ; il offrait une mort belle et propre, sans bavure. Son âme restait pure sous les monceaux de ses crimes.

Et de toute façon, il savait combien, sous le vernis de la civilisation, le coeur humain reste la plupart du temps lâche et indifférent, ce qui le rend, au mieux, cruel par procuration.

Les multitudes se moquaient éperdument des massacres perpétrés hors de leur vue, et lorsque, par infortune, ils s’abattaient sur elles, elles cherchaient simplement à s’en mettre hors d’atteinte.

Le monde était un rêve insomniaque habité de somnambules amnésiques.

Y vivre – ou y survivre – était de l’ordre de la punition mortelle, dans l’expérience de Djibril.

La seconde règle de son Credo était que, parce qu’il Donnait la Mort et mettait fin prématurément à la vie, il s’Interdisait de Donner la Vie et d’en Jouir.

Donc il ne s’octroyait pas de vie sentimentale ni sexuelle ; il restait, tel une Sentinelle, dans une stoïque solitude abstinente, ne concevant pas de se perdre dans les délices de la Chair et de l’Amour alors qu’il était mû par la Pulsion de Mort.

C’était, pour Djibril, une posture Spirituelle au-delà de toute Morale conventionnelle, car tout Droit implique un Devoir Equivalent.

Or, tout autour de lui, il ne constatait que Destruction Unilatérale : Sociale, Environnementale, Psychique, Physique, Emotionnelle.

Les êtres humains Ripaillaient sans payer le Tribut correspondant à leurs Abus, leur Exploitation et leurs Manipulations éhontées. Ils dansaient sur le volcan en Ignorant la Lave engendrée par leurs Battements de pied Frénétiques…

Pourtant, les Lois Cosmiques imposent que ce que tu retires au monde, tu te le retires aussi – tu ne peux Soustraire quoi que ce soit sans toi-même Abandonner quelque chose, y compris une part de toi.

C’est tout le sens des Offrandes et du Sacrifice depuis la nuit des temps : tout Chasseur, tout Cueilleur laissait quelque chose en échange de ce qu’il glanait, dans l’Animisme Chamanique qui est la Souche Originelle de tous les courants religieux.

Mais le monde était entré dans un profond déséquilibre, car l’Etre Humain ne Respectait + ces lois Intangibles du Donner pour Prendre : l’Ere de l’Entropie était advenue.

Aussi, Djibril luttait à sa manière contre l’Entropie ; il faisait partie des Rares Témoins actifs pour Retarder ce moment où le monde bascule dans le Chaos.

Hashim Taçi, trafiquant d’organes albanais qui amorçait en parallèle une carrière politique foudroyante dans le pays artificiellement créé par le tandem ONU/OTAN qu’était le Kosovo, venait d’arriver en limousine à vitres opaques à l’entrée du palace BEYOND.

Djibril ouvrit lentement sa mallette contenant une précieuse collection de fioles de poison de tout type :

amatoxines (issues de champignons vénéneux), Strychnine (issue de la Noix Vomique), Ricine (issue des plants de Ricin), Oléandrine (extraite du laurier rose), alcaloïdes d’Aconit,, toxine botulique, venins de serpent hémotoxiques et neurotoxiques, alcaloïdes toxiques extraits de grenouille, Chlorure de Potassium (stoppant le coeur), Bromure de Pancuronium (paralysant le diaphragme), Chloropicrine (dérivé du chloroforme), VX (agent innervant), Polonium 2I0 (radioactif interne), Sulfate de Thallium (métal toxique), …

Il enfila des gants médicaux pour manipuler délicatement 2 fioles qu’il avait choisies et verser avec soin quelques gouttes de leur contenu létal sur les fléchettes ultra-fines – des aiguilles en carbone poreuses profilées – qu’il utilisait en guise de cartouches ; puis il les ajusta sur son arbalète à poulies à armement électrique.

Il n’avait plus qu’à attendre que son client en phase terminale se prélasse sur la terrasse de sa suite, avec un des Whisky et cigares qu’il adorait déguster, tout en profitant de la vue prémonitoire sur la magnifique église gothique Saint Pierre, la + ancienne de Munich.

Saint Pierre n’était-il pas le dépositaire christique des clés du Royaume des Cieux (la première forgée dans l’or, symbolisant le pouvoir céleste, et la seconde façonnée dans l’argent, symbolisant le pouvoir terrestre) ?

Une demi-heure après, le trafiquant suivit son pronostic, à cette différence près qu’en + du cigare et du whisky, il se pendouillait aux lèvres et au décolleté d’une Escort affrétée pour l’occasion, guillerettement affalée contre lui, sur la banquette lounge de la terrasse.

Mais Djibril était habitué à gérer ce type de promiscuité lascive, et il ajusta sa lunette de visée sans sourciller, puis activa la manivelle d’armement.

Il aimait ces moments hors du temps où la main secourable des dieux vengeurs, parfois sanguinaires, le guidait. Il ne ratait jamais sa cible, et cette fois-là, il ne faillit pas non +.

La prostituée se mit à hurler au spectacle de la crise cardiaque inédite de son client. Les poisons sélectionnés par Djibril étant extrêmement discrets, on mettrait son trépas sur le compte de son mode de vie agité, troublé par l’excès à la fois du stress et des plaisirs…

Djibril se tourna vers la statuette de la Vierge Noire qui n’avait pas perdu une miette de ses préparatifs et de son rituel de Thanatonaute. Il s’agenouilla devant elle et murmura :

« Notre Père qui êtes aux cieux,

que votre nom soit sanctifié,

que votre règne vienne,

que votre volonté soit faite sur la Terre comme au Ciel.

Donnez-nous aujourd’hui notre pain quotidien.

Pardonnez-nous nos offenses,

comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.

Et ne nous laissez pas entrer en tentation,

mais délivrez-nous du Mal. 

Car c’est à Vous qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire pour les siècles des siècles.

Amen. »

 
Partagez la Connaissance ...
20
20

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

close

Vous appréciez mon blog ? Faites-le savoir !
Enjoy this blog ? Spread the word ...