Le Blog d'Elsa de Romeu : Information alternative, pertinente et impertinente
WWII

WWII, une Guerre faite par 2 Puissances Mégalomaniaques et Financée par la 3ème, les USA, entendant Dominer l’Europe : Vilains Manipulateurs et Vilains Manipulés

” Le 22 juin 1941, Staline était sur le point de lancer une offensive massive sur l’Allemagne et ses alliés – une question de jours ou semaines.
Les préparatifs avaient commencé en 1939, juste après la signature du pacte Molotov-Ribbentrop, et s’étaient accélérés à la fin de 1940, les premières divisions étant déployées aux nouvelles frontières Soviétiques élargies, en face du Reich Allemand et de la Roumanie, en février 1941.
De nouvelles armées ont été levées dans tous les districts, la mobilisation atteignant maintenant 5,7 Millions de soldats,
une armée gigantesque impossible à maintenir longtemps en temps de paix.
Près d’un Million de parachutistes – des troupes utiles uniquement pour l’invasion – ont été formés.
Des centaines d’aérodromes sont construits près de la frontière occidentale.
Si Hitler n’avait pas attaqué le premier, la gigantesque puissance militaire que Staline avait accumulée à la frontière lui aurait permis d’atteindre Berlin sans difficulté majeure,
puis, dans le cadre de la guerre, de prendre le contrôle du continent.
La Seconde Guerre Mondiale a été principalement voulue et orchestrée par Staline, tandis que Hitler n’a été impliqué que par ruse.
C’est précisément ce que Souvorov voulait dire en appelant Hitler « le brise-glace de Staline ».
D’après ce que nous savons des intrigues secrètes de Churchill et Roosevelt avant Barbarossa,
il est douteux que Staline aurait été privé de leur soutien s’il avait attaqué le premier. ”

” (…) La thèse de Souvorov peut être résumée comme suit : le 22 juin 1941, Staline était sur le point de lancer une offensive massive sur l’Allemagne et ses alliés – une question de jours ou semaines.

Les préparatifs avaient commencé en 1939, juste après la signature du pacte Molotov-Ribbentrop, et s’étaient accélérés à la fin de 1940, les premières divisions étant déployées aux nouvelles frontières Soviétiques élargies, en face du Reich Allemand et de la Roumanie, en février 1941.

Le 5 mai, Staline annonce à un auditoire de 2.000 diplômés de l’académie militaire, flanqué de généraux et de sommités du parti, que le moment est venu de « passer de la défensive à l’offensive ».

Quelques jours plus tard, il a fait envoyer une directive spéciale à tous les postes de commandement pour qu’ils soient « prêts, sur un signal du quartier général, à lancer des frappes éclair pour mettre l’ennemi en déroute, déplacer les opérations militaires sur son territoire et s’emparer des objectifs clés »

De nouvelles armées ont été levées dans tous les districts, la mobilisation atteignant maintenant 5,7 Millions de soldats, une armée gigantesque impossible à maintenir longtemps en temps de paix.

Près d’un Million de parachutistes – des troupes utiles uniquement pour l’invasion – ont été formés. Des centaines d’aérodromes sont construits près de la frontière occidentale.

À partir du 13 juin, un mouvement incessant de trains de nuit transporte des milliers de chars, des millions de soldats et des centaines de milliers de tonnes de munitions et de carburant vers la frontière.

Selon Souvorov, si Hitler n’avait pas attaqué le premier, la gigantesque puissance militaire que Staline avait accumulée à la frontière lui aurait permis d’atteindre Berlin sans difficulté majeure, puis, dans le cadre de la guerre, de prendre le contrôle du continent.

Seule la décision d’Hitler de devancer l’offensive de Staline l’a privé de ces ressources en perçant et désorganisant ses lignes et en détruisant ou saisissant environ 65% de tout son armement. (…)

La thèse principale de McMeekin est que la Seconde Guerre mondiale a été principalement voulue et orchestrée par Staline, tandis que Hitler n’a été impliqué que par ruse. C’est précisément ce que Souvorov voulait dire en appelant Hitler « le brise-glace de Staline ». (…)

D’après ce que nous savons des intrigues secrètes de Churchill et Roosevelt avant Barbarossa, il est douteux que Staline aurait été privé de leur soutien s’il avait attaqué le premier :

Churchill le pressait d’attaquer l’Allemagne depuis 1940, et Roosevelt avait commencé à planifier son aide juste après sa deuxième réélection en novembre 1940, lorsqu’il déclara aux Américains que leur pays devait devenir « le grand arsenal de la démocratie » 19 et nomma le pro-soviétique Harry Hopkins pour commencer à prendre des dispositions.

En fait, McMeekin montre que « Roosevelt a fait tout ce qu’il pouvait pour améliorer les relations avec Staline » dès les premières années de sa longue présidence, à commencer par la reconnaissance officielle de l’URSS en 1933.

Il purge le département d’État des anticommunistes et le dote de sympathisants ou d’agents purs et simples du NKVD, comme Alger Hiss. (…)

Ainsi, même si Barbarossa a permis à Roosevelt de tourner plus facilement l’opinion publique américaine en faveur de Staline, cela ne signifie pas que Roosevelt aurait empêché Staline d’engloutir l’Europe s’il avait attaqué le premier. (…)

Tout comme Souvorov, McMeekin fournit des preuves indiscutables que Staline prévoyait d’envahir l’Europe en 1941, et ce depuis très longtemps.

Comme Souvorov, il souligne que le Komintern, fondé à Moscou en 1919, visait la soviétisation du monde entier, comme le symbolisait son emblème, incorporé plus tard dans la bannière de l’URSS.

L’objectif premier de Lénine était Berlin. Pour cela, il voulait faire sauter la Pologne, pays reconstitué après la Première Guerre mondiale entre la Russie et l’Allemagne. (…)

L’échec du soulèvement Communiste en Allemagne, en octobre 1923, a confirmé qu’il ne suffisait pas de fomenter une agitation révolutionnaire pour renverser la Social-démocratie en Allemagne.

Ce qu’il fallait faire, c’était contribuer à créer les conditions d’une nouvelle Guerre Mondiale et, pendant cette période d’incubation, mettre un frein au discours Internationaliste afin de maintenir les relations commerciales avec les pays capitalistes (qui finiraient par « vendre aux communistes la corde qu’ils utiliseraient pour les pendre »). (…)

Parallèlement à la mise en place d’une économie de guerre, les 2 premiers plans quinquennaux prévoient la collectivisation de l’agriculture. Mais là aussi, l’objectif est étroitement lié à la guerre, comme le montre Jean Lopez.

En 1927, des rapports indiquent que le monde paysan, sous la direction des Koulaks, saboterait l’effort de guerre. « Le pire cauchemar des dirigeants Bolcheviques réside dans l’émergence d’un rejet populaire de la guerre similaire à celui qui a fait tomber la Dynastie Romanov » 

C’est ce qui motive le « Grand Tournant » de 1928, dont les victimes, par Exécution, Déportation ou Famine, sont estimées entre 10 et 16 Millions.

Pendant cette période, Staline vendait en moyenne 5 Millions de Tonnes de Céréales à l’étranger, chaque année, pour financer ses armements. (…)

Mais comment Staline pouvait-il être si sûr que la France et l’Angleterre ne déclareraient pas la guerre à la Russie également ?

Une partie de la réponse est qu’il n’avait pas rompu les négociations avec la Grande-Bretagne après avoir signé un pacte avec Hitler.

On pense même que le 15 octobre 1939, moins de 2 mois après le pacte Molotov-Ribbentrop, un accord secret Anglo-Soviétique a été signé dans le dos d’Hitler.

Avec le pacte Molotov-Ribbentrop, Hitler pensait avoir contré la politique d’encerclement britannique contre l’Allemagne.

Et il croyait que le pacte le protégerait d’une déclaration de guerre de la Grande-Bretagne et de la France,
si l’Allemagne et la Russie intervenaient en Pologne.

Il avait largement sous-estimé Staline… Lorsque Hitler a envahi la Pologne par l’ouest le 1er septembre, l’Armée Rouge n’a pas bougé.

Le 3 septembre, l’Angleterre et la France ont donc déclaré la Guerre à la seule Allemagne.

Ce fut une mauvaise surprise pour Hitler : il a exhorté les Russes à lancer leur attaque, mais ces derniers ont fait la sourde oreille. (…) “

Bien que la partition de la Pologne ait été l’idée de Staline, seul Hitler en a été blâmé.

Son pacte faustien avec son pire ennemi ne l’avait pas protégé d’une guerre avec la France et l’Angleterre,
et ne le protégerait pas non plus d’une invasion soviétique.

Il est clair qu’il a été dupé : en incitant Hitler à envahir la Pologne, Staline a déclenché la Seconde Guerre mondiale tout en restant sur la touche.

Il n’avait + qu’à attendre que les pays d’Europe s’épuisent mutuellement dans une nouvelle guerre.

Le 1er septembre, le jour même de l’invasion de la Pologne par l’Allemagne, le Soviet Suprême adopte une loi de Conscription générale qui, sous couvert d’instaurer un Service Militaire de 2 ans, équivaut à une Mobilisation générale.

Pour Souvorov, c’est la preuve que Staline savait que la Partition de la Pologne déclencherait la Guerre Mondiale
au lieu de l’éviter, comme l’espérait Hitler.

Pendant ce temps, Staline profite au maximum de la situation difficile de l’Allemagne à l’Ouest, en s’emparant de 3 États Baltes limitrophes de l’Allemagne et en les truffant de Bases Militaires. (…)

À ce moment-là, Hitler avait compris qu’il était piégé. Il s’est peut-être souvenu de ce qu’il avait écrit en 1925 :

« la formation d’une nouvelle alliance avec la Russie conduirait vers une nouvelle guerre et le résultat serait la fin de l’Allemagne » (Mein Kampf, vol. 2, chapitre 14).

Avec l’opération Barbarossa, il tente de reprendre l’avantage.

Mais, selon Souvorov, il est impossible pour l’Allemagne seule de vaincre la Russie, pour des raisons liées à l’immensité de son territoire, à la rigueur de l’hiver et aux ressources limitées de l’Allemagne par rapport à celles de la Russie.

Hitler a commis une erreur irrémédiable, mais pas le 21 juillet 1940, lorsqu’il a ordonné les préparatifs de guerre contre l’Union Soviétique.

L’erreur est survenue le 19 août 1939, lorsqu’il a accepté le pacte Molotov-Ribbentrop.

Ayant accepté la division de la Pologne, Hitler a dû faire face à une guerre inévitable contre l’Ouest, avec derrière lui le « neutre » Staline. C’est précisément à partir de ce moment qu’Hitler a 2 fronts.

La décision de lancer l’opération Barbarossa à l’Est, sans attendre la victoire à l’Ouest, n’était pas une erreur fatale, mais seulement une tentative de réparer l’erreur fatale qu’il avait déjà commise. Mais il était alors trop tard.

On peut soutenir qu’Hitler aurait pu l’emporter et conquérir le Lebensraum de son rêve si Staline n’avait pas été sauvé par l’aide au prêt-bail de Roosevelt :

de I0 Milliards – l’équivalent de Milliers de Milliards aujourd’hui ! – d’avions et de chars, de locomotives et de rails,
de matériaux de construction, de chaînes de montage entières pour la production militaire, de nourriture et de vêtements, de carburant d’aviation et de bien d’autres choses encore.

Au fil de 4 chapitres denses, McMeekin montre très clairement (comme Albert Weeks avant lui, dans “Russia’s Life-Saver : Lend-Lease Aid to the U.S.S.R. in World War II” , 2010), que, sans l’aide des États-Unis, l’Union Soviétique n’aurait pas pu repousser les Allemands, et encore moins conquérir l’Europe de l’Est en 1945.

Un autre facteur, sur lequel McMeekin insiste dûment, était l’approvisionnement presque illimité de Staline en chair à canon :

un total de 32 Millions de Soldats tout au long de la guerre, menés au massacre avec des mitrailleuses dans le dos et la menace que, s’ils étaient capturés plutôt que tués, leurs Familles seraient Punies :

« L’URSS sous Staline est le seul État dans l’histoire connue à avoir déclaré que la Captivité de ses soldats était un Crime Capital ».

En fin de compte, alors que Staline est entré dans la guerre du côté de l’Allemagne, il en sortira du côté des Alliés…

Alors que le pacte décidant du partage de la Pologne entre l’Allemagne et la Russie est signé à Moscou
– en présence de Staline, et non d’Hitler – l’histoire ne retiendra que l’agression de l’Allemagne, et considérera l’URSS comme l’un des pays attaqués.

Alors que l’Angleterre et la France sont officiellement entrées en guerre pour défendre l’intégrité territoriale de la Pologne, à la fin de la guerre, toute la Pologne sera sous la coupe de Staline…

Pourtant, comme l’a dit Souvorov, et comme McMeekin ne le dit pas, c’est probablement grâce à l’opération Barbarossa que les troupes Soviétiques n’ont pas réussi à hisser le drapeau rouge sur Paris, Amsterdam, Copenhague, Rome, Stockholm et peut-être Londres.

Hitler a attaqué l’Union Soviétique, détruit son armée et écrasé une grande partie de l’industrie soviétique.

Au final, l’Union Soviétique n’a pas pu conquérir l’Europe. Staline a perdu la guerre pour l’Europe et la domination mondiale.

Le monde libre a survécu, mais il ne pouvait pas coexister avec l’Union Soviétique. Par conséquent, l’effondrement de l’Union Soviétique est devenu inévitable. …

L’Union Soviétique a gagné la Seconde Guerre Mondiale, mais pour une raison quelconque, elle a disparu du globe après cette victoire marquante…

L’Allemagne a perdu la Guerre, mais elle est devenue l’une des puissances les + fortes de l’Europe contemporaine. (…) “

Source : https://lesakerfrancophone.fr/barbarossa-le-revisionnisme-de-souvorov-simpose-au-grand-public

 
Partagez la Connaissance ...
20
20

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

close

Vous appréciez mon blog ? Faites-le savoir !
Enjoy this blog ? Spread the word ...