Le Blog d'Elsa de Romeu : Information alternative, pertinente et impertinente
Route sans Fin

Epstein et Maxwell, Bill Gates et Microsoft, Israël et la Maison Blanche: la Recette de Rêve (Humide) du Big Reset Techno-Totalitaire

” Il est toutefois probable que la nature de la relation entre Gates et Epstein avant 2011 soit encore + scandaleuse que ce qui a transpiré,
et qu’elle puisse avoir des implications majeures non seulement pour Gates,
mais aussi pour Microsoft en tant que société, et certains de ses anciens hauts dirigeants.
Cette dissimulation particulière fait partie d’une tendance évidente des médias grand public à ignorer l’influence évidente qu’Epstein et les membres de la famille Maxwell exerçaient – et, sans doute, continuent d’exercer – dans la Silicon Valley.
En effet, les individus qui ont fondé les géants de la technologie tels que Google, LinkedIn, Facebook, Microsoft, Tesla et Amazon ont tous des liens avec Jeffrey Epstein.
Epstein «a gagné de nombreux Millions, grâce à ses liens commerciaux avec des personnes comme Bill Gates, Donald Trump et le milliardaire de l’Ohio Leslie Wexner, dont il dirige le Trust.»
En outre, la nature étrange de la relation de Gates avec Isabel Maxwell, qui a des liens avec le scandale d’espionnage du logiciel PROMIS et les services secrets israéliens, est documentée.
Elle dirigeait une opération de chantage sexuel liée aux services de renseignements avec Jeffrey Epstein, et leurs finances se chevauchaient considérablement. ”

” (…) Il est toutefois probable que la nature de la relation entre Gates et Epstein avant 2011 soit encore + scandaleuse que ce qui a transpiré, et qu’elle puisse avoir des implications majeures non seulement pour Gates, mais aussi pour Microsoft en tant que société, et certains de ses anciens hauts dirigeants.

Cette dissimulation particulière fait partie d’une tendance évidente des médias grand public à ignorer l’influence évidente qu’Epstein et les membres de la famille Maxwell exerçaient – et, sans doute, continuent d’exercer – dans la Silicon Valley.

En effet, les individus qui ont fondé les géants de la technologie tels que Google, LinkedIn, Facebook, Microsoft, Tesla et Amazon ont tous des liens avec Jeffrey Epstein. (…)

Rosser déclare qu’Epstein « a gagné de nombreux Millions, grâce à ses liens commerciaux avec des personnes comme Bill Gates, Donald Trump et le milliardaire de l’Ohio Leslie Wexner, dont il dirige le Trust ». (…)

En outre, la nature étrange de la relation de Gates avec Isabel Maxwell, qui a des liens avec le scandale d’espionnage du logiciel PROMIS et avec les services secrets israéliens, est documentée dans un article du Guardian datant de 2000. (…)

Il n’est pas clair à quel point Ghislaine était réellement impliquée dans les affaires de McKinley Group.

Cependant, pendant cette période, elle dirigeait une opération de chantage sexuel liée aux services de renseignements avec Jeffrey Epstein, et leurs finances se chevauchaient considérablement (…).

McKinley a créé ce qui est devenu le Magellan Internet Directory, considéré comme « le premier site à publier de longues critiques et évaluations de sites web ».

L’approche du « contenu à valeur ajoutée » de Magellan a attiré plusieurs grandes entreprises, ce qui a donné lieu à des « alliances majeures » avec AT&T, Time-Warner, IBM, Netcom et le réseau Microsoft (MSN), toutes négociées par Isabel Maxwell. (…)

Après la vente de McKinley/Magellan, les liens manifestes de Christine et Isabel Maxwell avec les services de renseignements américains et israéliens se sont considérablement développés.

Les liens d’Isabel avec Microsoft ont également persisté après la vente du groupe McKinley.


Elle est devenue présidente de la société technologique israélienne CommTouch, dont le financement était lié à des individus et des groupes impliqués dans l’affaire d’espionnage nucléaire Jonathan Pollard.

CommTouch, un « obscur développeur de logiciels » fondé en 1991 par d’anciens officiers de l’armée israélienne, se concentrait sur « la vente, la maintenance et l’entretien de produits logiciels clients de messagerie autonomes pour les ordinateurs centraux et personnels ».

La société a spécifiquement courtisé Isabel parce qu’elle était la fille du « super-espion » israélien Robert Maxwell.

Isabel avait des raisons similaires de rejoindre la société, déclarant à Haaretz que la direction de la société lui donnait « une chance de poursuivre l’engagement de son père en Israël ». (…)

Parmi toutes les alliances et tous les partenariats qu’Isabel a négociés au cours de ses Ières années chez CommTouch, ce sont ses relations avec les cofondateurs de Microsoft, Bill Gates et Paul Allen, qui ont mis CommTouch «sur la carte».

Ceux-ci sont essentiellement intervenus pour empêcher l’effondrement de son offre publique initiale,
un sort qui avait frappé la société précédente d’Isabel Maxwell, le McKinley Group, peu de temps auparavant.

En effet, CommTouch n’a cessé de repousser son introduction en bourse jusqu’à ce qu’un investissement massif de sociétés liées au cofondateur de Microsoft, Paul Allen, soit annoncé en juillet 1999. (…)

Il convient de souligner qu’Allen a ensuite fait partie des membres d’une communauté d’élite en ligne créée en 2004 et appelée A Small World, qui comptait également parmi ses membres Jeffrey Epstein et des personnalités liées à Epstein, telles que Lynn Forester de Rothschild et Naomi Campbell, ainsi que Petrina Khashoggi, la fille d’Adnan Khashoggi, un ancien client d’Epstein.

Le principal actionnaire d’A Small World était Harvey Weinstein, le magnat des médias aujourd’hui disgracié et condamné pour viol et abus sexuel, qui était un partenaire commercial d’Epstein.

À peu près à la même époque, Paul Allen a été photographié avec une associée d’Epstein, Nicole Junkermann, elle-même un agent des services de renseignement. (…)

Il apparaît en outre que Bill Gates, alors à la tête de Microsoft, a investi personnellement dans CommTouch, à la demande d’Isabel Maxwell.

Dans un article publié en octobre 2000 dans le Guardian, Isabel « plaisante sur le fait d’avoir persuadé Bill Gates d’investir personnellement » dans CommTouch à cette époque. L’article du Guardian note ensuite curieusement, à propos d’Isabel Maxwell et de Bill Gates :

« Dans un faux accent de belle du sud, [Isabel] ronronne : “Il doit dépenser 375 millions de dollars par an pour conserver son statut d’exemption fiscale, pourquoi ne pas me laisser l’aider”. Elle explose de rire ».

Étant donné que des individus aussi riches que Gates ne peuvent pas bénéficier d’un « statut d’exonération fiscale » et que cet article a été publié peu après la création de la Fondation Bill & Melinda Gates,

les déclarations d’Isabel suggèrent que c’est le Bill & Melinda Gates Foundation Trust, qui gère les actifs de dotation de la fondation, qui a réalisé cet investissement considérable dans CommTouch. (…)

Aujourd’hui, Isabel Maxwell est, entre autres, une « pionnière de la technologie » au sein du Forum Economique Mondial. (…)


En décembre de la même année où il est devenu le directeur technique de Microsoft, Myhrvold a voyagé dans l’avion d’Epstein du Kentucky au New Jersey, puis, à nouveau, en janvier 1997, du New Jersey à la Floride. Les autres passagers qui accompagnaient Myhrvold sur ces vols comprenaient Alan Dershowitz et « GM » – vraisemblablement, Ghislaine Maxwell.

C’est à cette même période que Gates a eu une relation documentée avec la sœur de Ghislaine, Isabel. (…)

Lorsque Myhrvold a quitté Microsoft pour cofonder Intellectual Ventures, Vanity Fair a rapporté qu’il avait reçu Epstein au bureau de la société avec des « jeunes filles » qui semblaient être des « modèles russes ».

Une source proche de Myhrvold et citée par Vanity Fair a affirmé que Myhrvold parlait ouvertement d’emprunter le jet d’Epstein et de séjourner dans ses maisons en Floride et à New York.

Vanity Fair a également noté que Myhrvold a été accusé d’avoir eu des relations sexuelles avec des mineurs fournis par Epstein, par nul autre que le professeur de droit de Harvard Alan Dershowitz, accusé du même crime et qui avait précédemment volé avec Myhrvold dans l’avion privé d’Epstein…


En outre, une ancienne collègue de Myhrvold chez Microsoft a développé + tard ses propres liens avec Epstein : Linda Stone, qui a rejoint Microsoft en 1993 et a travaillé directement sous les ordres de Myhrvold, est finalement devenue vice-présidente de Microsoft.

Elle a présenté Epstein à Joi Ito, du Media Lab du MIT, après la Ière arrestation d’Epstein. « Il a un passé entaché, mais Linda m’assure qu’il est génial », a déclaré + tard Ito dans un courriel adressé à 3 membres du personnel du MIT.

Dans le célèbre petit livre noir d’Epstein, il y a plusieurs numéros de téléphone pour Stone, et son contact d’urgence est répertorié comme Kelly Bovino, un ancien modèle et un coconspirateur présumé d’Epstein.

Après l’arrestation d’Epstein en 2019, il est apparu que ce dernier avait «ordonné» à Bill Gates de faire un don de 2 Millions de dollars au laboratoire du MIT, en 2014. Epstein aurait également obtenu un don de 5 Millions de dollars de Leon Black pour le laboratoire.

Ito a été contraint de démissionner de son poste de directeur du laboratoire, peu après l’arrestation d’Epstein en 2019.

Nathan Myhrvold, Linda Stone, Joi Ito, Esther Dyson et Bill Gates étaient tous membres de la communauté de la Fondation Edge (site web edge.org), aux côtés de plusieurs autres icônes de la Silicon Valley. (…)


Brockman est surtout connu pour ses liens profonds avec le monde de l’art à la fin des années 1960, mais on connaît moins ses diverses missions de « conseil en gestion » pour le Pentagone et la Maison Blanche, à la même époque. (…)

Epstein semble avoir été impliqué avec Brockman dès 1995, lorsqu’il a aidé à financer et à sauver un projet de livre en difficulté qui était géré par Brockman.

Edge, cependant, est + qu’un simple site web ; pendant des décennies, il a également joué un rôle déterminant dans le rassemblement des cadres de la technologie, des scientifiques qui étaient souvent les clients de Brockman, et des financiers de Wall Street par le biais de son Dîner des Millionnaires, organisé pour la Ire fois en 1985.

En 1999, cet événement est devenu le Dîner des Milliardaires, et Epstein a été intimement impliqué dans ces affaires et dans la Fondation Edge elle-même.

Epstein a été photographié lors de plusieurs de ces dîners, tout comme Sarah Kellen, la principale « assistante » de Ghislaine Maxwell et co-conspiratrice dans le système de chantage et de trafic sexuel géré par Epstein/Maxwell. (…)

De 2001 à 2017, Epstein a financé 638 000 dollars sur un total de 857 000 dollars collectés par Edge. Au cours de cette période, il y a eu plusieurs années où Epstein était le seul donateur d’Edge.

Epstein a cessé de donner en 2015, qui était incidemment la même année où Edge a décidé de mettre fin à sa tradition annuelle du dîner des milliardaires. (…)

Depuis le scandale Epstein, les participants réguliers au dîner des milliardaires, parfois appelé dîner annuel Edge, ont qualifié l’événement « d’opération d’influence » ; si l’on suit l’argent, il apparaît qu’il s’agissait d’une opération d’influence profitant largement à un homme, Jeffrey Epstein, et à son réseau.

Les preuves montrent que Myhrvold et Gates faisaient partie intégrante de ce réseau, même avant que l’implication d’Epstein dans Edge n’augmente de manière significative. (…)


Il est intéressant d’explorer les liens entre les entreprises « philanthropiques » de Bill Gates et Bill Clinton au début des années 2000, en particulier compte tenu des liens d’Epstein et de Ghislaine Maxwell avec la Fondation Clinton et la Clinton Global Initiative pendant cette période.

Selon l’ancien agent des services secrets israéliens Ari Ben-Menashe, Bill Clinton avait été le principal objet de l’opération de chantage sexuel d’Epstein dans les années 1990, une affirmation étayée par les témoignages des victimes d’Epstein et par l’implication intime d’Epstein avec des personnes qui étaient proches de l’ancien président à l’époque.

Malgré les tensions nées de la poursuite par l’administration Clinton du monopole de Microsoft à la fin des années 1990, les relations entre Bill Gates et Bill Clinton se sont dégelées (!) en avril 2000, lorsque Bill Gates a participé à la « Conférence sur la nouvelle économie » de la Maison Blanche.

Parmi les participants, outre Gates, figuraient une proche collaboratrice d’Epstein, Lynn Forester (aujourd’hui Lady de Rothschild), et Larry Summers, alors secrétaire au Trésor, également été critiqué pour ses liens avec Epstein…

Un autre participant était le chef de cabinet de la Maison Blanche, Thomas « Mack » McLarty, dont l’assistant spécial Mark Middleton a rencontré Epstein au moins 3 fois à la Maison Blanche de Clinton.

Middleton a été licencié après que des rapports de presse aient fait surface, détaillant ses liens avec des donations illégales liées à des gouvernements étrangers qui avaient été faites à la campagne de réélection de Clinton en 1996.

Un autre participant à la conférence était Janet Yellen, l’actuelle secrétaire au Trésor de Biden ! (…)


Le Huffington Post a noté que la Clinton Global Initiative (qui fait partie de la Fondation Clinton), la Fondation Gates et quelques autres organisations similaires « vont toutes dans le sens d’un effacement des frontières entre la philanthropie, les entreprises et les organisations à but non lucratif ».

Il note que ce modèle de « philanthropie » a été promu par le Forum Economique Mondial et le Milken Institute.

Il est également intéressant de noter que plusieurs des véhicules « philanthropiques » d’Epstein ont été créés au moment où cette nouvelle ère de la “philanthropie” commençait.

Le Milken Institute a été fondé par Michael Milken, le célèbre « roi des junk bonds » de Wall Street,
inculpé pour 98 chefs d’accusation de racket et de fraude boursière en 1989. Il a fait un peu de prison et a finalement été gracié par Donald Trump…

Milken a commis ses crimes alors qu’il travaillait aux côtés de Leon Black et de Ron Perelman chez Drexel Burnham Lambert, avant son effondrement scandaleux.

Black était profondément lié à Epstein, lui faisant même gérer sa fondation « philanthropique » personnelle pendant plusieurs années, même après la Ière arrestation d’Epstein…

Perelman était un donateur majeur de Clinton, dont la collecte de fonds de 1995 pour le président de l’époque a été suivie par Epstein, et dont les entreprises ont offert des emplois à Webster Hubbell et Monica Lewinsky, après leurs scandales respectifs dans l’administration Clinton.

Comme Gates, Milken a transformé sa réputation d’impitoyable dans le monde des affaires en celle d’un « philanthrope de Ier plan ».

Une grande partie de sa « philanthropie » profite à l’armée israélienne et aux colonies israéliennes illégales en Palestine occupée.

En ce qui concerne la CGI, les avocats de la défense d’Epstein ont fait valoir au tribunal en 2007
qu’Epstein avait fait « partie du groupe original qui a conçu la Clinton Global Initiative », qui a été lancée en 2005. (…)


Des révélations récentes sur les rencontres entre Gates et Epstein qui ont eu lieu entre 2013 et 2014 ont encore souligné l’importance qu’Epstein avait apparemment dans le monde de la « philanthropie » milliardaire,

Gates ayant prétendu qu’Epstein était son « ticket » pour gagner un prix Nobel.

Les médias norvégiens ont rapporté en octobre 2020 que Gates et Epstein avaient rencontré le président du comité Nobel, ce qui n’a pas fait grand bruit dans les médias internationaux. (…)


2013 a également été l’année où l’ingénieur système du manoir Gates, Rick Allen Jones, a commencé à faire l’objet d’une enquête de la police de Seattle pour sa collection de photos de pornographie enfantine et de viols d’enfants
qui contenait + de 6.000 images et vidéos.

Malgré la gravité de son crime, lorsque Jones a été arrêté au manoir des Gates un an + tard, il n’a pas été emprisonné après son arrestation, mais a simplement reçu l’ordre « de rester loin des enfants », selon les médias locaux. (…)


2013 a également été l’année où les Maxwell se sont impliqués dans la Fondation Clinton : cette année-là, le projet TerraMar de Ghislaine Maxwell qui soutenait officiellement les objectifs de développement durable de l’ONU, dans la mesure où ils concernent les océans du monde, s’est engagé à hauteur de 1,25 million de dollars auprès de la Clinton Global Initiative.

TerraMar a fermé ses portes peu après l’arrestation d’Epstein en 2019…

Le projet TerraMar de Ghislaine était à bien des égards le successeur de l’Alliance Blue World d’Isabel Maxwell qui a échoué et était aussi ostensiblement axée sur les océans du monde.

Blue World Alliance a été mis en place par Isabel et son mari Al Seckel, aujourd’hui décédé, qui avaient accueilli une « conférence scientifique » sur l’île d’Epstein. (…)


Alors que la Fondation Gates et la Fondation Clinton étaient étroitement liées et que cette dernière avait des liens avec Epstein et Maxwell, il semble également qu’Epstein ait eu une influence significative sur 2 des conseillers scientifiques les + éminents de Bill Gates, au cours des I5 dernières années : Mélanie Walker et Boris Nikolic. (…)

Melanie Walker, aujourd’hui célèbre neurochirurgienne, a rencontré Jeffrey Epstein en 1992, peu après avoir obtenu son diplôme universitaire, lorsqu’il lui a proposé un poste de mannequin pour Victoria’s Secret (!).

De telles offres étaient souvent faites par Epstein et ses complices, lorsqu’ils recrutaient des femmes pour son opération, et il n’est pas certain que Walker ait effectivement travaillé comme mannequin pour la société appartenant à Leslie Wexner.

Elle a ensuite séjourné dans un immeuble d’habitation de New York associé aux opérations de trafic d’Epstein lors de ses visites à New York, mais on ne sait pas combien de temps elle y est restée, ni dans d’autres propriétés appartenant à Epstein.

Après avoir obtenu son diplôme de médecine en 1998, elle est devenue la conseillère scientifique d’Epstein pendant au moins un an.

En 1999, elle est devenue si proche du prince Andrew qu’elle a assisté à une fête d’anniversaire au château de Windsor,
organisée par la reine avec Epstein et Ghislaine Maxwell…

Pendant cette période, Melanie apparaît sur les carnets de vol d’Epstein sous son nom de naissance, Melanie Starnes.

La relation étroite entre le Prince Andrew et Melanie Walker a fait l’objet d’un examen minutieux, après que l’ancienne gouvernante d’Epstein à la propriété du Zorro Ranch, Deidre Stratton, ait déclaré dans une interview qu’ »une belle jeune neurochirurgienne » avait été « donnée » au Prince Andrew, lors de son séjour à la propriété d’Epstein, au Nouveau Mexique.

Étant donné qu’une seule neurochirurgienne était à la fois proche du prince Andrew et faisait partie de l’entourage d’Epstein à l’époque, il semble très probable que cette femme « donnée » à Andrew était Melanie Walker.

Selon Stratton, Andrew a « tenu compagnie » à cette femme pendant 3 jours. L’arrangement a été mis en place par Epstein qui ne se trouvait pas à la propriété à ce moment-là. Le moment exact du séjour est incertain, mais il a probablement eu lieu entre 1999 et 2001.

Stratton a déclaré ce qui suit, au sujet de ce séjour : « À l’époque, Jeffrey avait cette femme, elle était soi-disant neurochirurgienne, assez jeune, belle et brillante, et elle restait dans la maison avec lui…

À un moment donné, nous avions tous ces thés différents et vous pouviez choisir les thés que vous vouliez,
et elle m’a demandé de trouver un qui rendrait Andrew + excité … Je suppose qu’elle a compris que son travail était de le divertir, que sa peur était qu’Andrew dise, « Non, je ne l’ai pas vraiment trouvée si attirante ». Il l’aurait dit à Jeffrey et elle aurait été écartée …

Je suppose que Jeffrey l’avait probablement engagée, et qu’elle savait que son travail devait être de rendre ces gens heureux… Le sexe était tout ce à quoi ils pensaient. Je veux dire, Jeffrey aimait idéalement 3 “massages” par jour ».

Quelque temps plus tard, Walker déménage à Seattle et commence à vivre avec Steven Sinofsky, alors cadre de Microsoft, aujourd’hui membre du conseil d’administration de la société de capital-risque Andreesen Horowitz.

Andreesen Horowitz soutient notamment Carbyne911, la Start-up de Pré-crime liée aux services de renseignement Israéliens et financée par Epstein et son proche associé, l’ancien Ier Ministre Israélien Ehud Barak, ainsi qu’une autre entreprise technologique liée aux services de renseignement Israéliens et dirigée par Barak, appelée Toka.

Toka a récemment remporté des contrats avec les gouvernements de Moldavie, du Nigeria et du Ghana par l’intermédiaire de la Banque Mondiale, où Melanie Walker est actuellement directrice et ancienne conseillère spéciale de son président.

Après avoir déménagé à Seattle pour être avec Sinofsky et un bref passage en tant que « praticien dans le monde en développement » en Chine, avec l’Organisation Mondiale de la Santé, Walker a été embauchée en tant que responsable de programme senior par la Fondation Bill & Melinda Gates, en 2006.

Étant donné que la principale caractéristique du CV de Walker, à l’époque, était d’avoir été conseillère scientifique d’un autre « philanthrope » fortuné, Jeffrey Epstein, son embauche par la Fondation Gates pour ce rôle crucial souligne encore + la façon dont Bill Gates, à tout le moins, non seulement savait qui était Epstein, mais connaissait suffisamment ses intérêts et investissements scientifiques pour vouloir embaucher Walker.

Walker est ensuite devenu directeur adjoint pour le développement mondial ainsi que directeur adjoint des initiatives spéciales de la fondation…

Selon la Fondation Rockefeller, où elle est membre, Walker a ensuite conseillé Gates sur des questions relatives à la neurotechnologie et à la science du cerveau pour la société secrète bgC3 de Gates, que ce dernier avait initialement enregistrée comme groupe de réflexion sous le nom de Carillon Holdings. (…)

Lors de son passage à la Fondation Gates, Melanie Walker a présenté Boris Nikolic, le conseiller scientifique de la Fondation Gates, à Epstein.

Aujourd’hui, Melanie Walker est la coprésidente du Conseil Mondial de l’Avenir sur les Neurotechnologies et les Sciences du Cerveau du Forum Economique Mondial, après avoir été nommée Jeune leader mondial du FEM.

Elle conseille également l’Organisation Mondiale de la Santé, étroitement liée à la « philanthropie » de Bill Gates…

Au FEM, Walker a écrit en 2016 un article intitulé «Soins de santé en 2030 : Au revoir l’hôpital, bonjour l’hôpital à domicile», dans lequel elle explique comment les dispositifs portables, les interfaces cerveau-machine et les «médicaments» robotisés injectables ou avalables seront la norme d’ici 2030.

Des années avant le COVID-19 et les efforts inspirés par la Grande Réinitialisation pour changer les soins de santé de cette manière, Walker a écrit que, bien que le scénario dystopique qu’elle décrivait « semble fou… la plupart de ces technologies sont soit presque prêtes pour le lancement, soit en cours de développement » !

Bien sûr, un grand nombre de ces technologies ont pris forme grâce au mécénat de ses anciens patrons, Jeffrey Epstein et Bill Gates.


Dans le cas de Boris Nikolic, après avoir été présenté à Epstein par Walker, il a assisté en 2011 à une réunion avec Gates et Epstein où il a été photographié aux côtés de James Staley, alors cadre supérieur de JP Morgan, et de Larry Summers, ancien secrétaire au Trésor et proche associé d’Epstein.

À l’époque, Nikolic était conseiller en chef pour la science et la technologie auprès de Bill Gates, conseillant à la fois la Fondation Gates et bgC3.

C’est peut-être à cette occasion qu’Epstein a présenté le « fonds caritatif mondial pour la santé » commun à la Fondation Gates et à JP Morgan.

En 2014, Nikolic « s’est montré enthousiaste » à propos du penchant supposé d’Epstein pour le conseil financier, avant l’introduction en bourse d’une société d’édition de gènes dans laquelle Nikolic avait une participation de 42 Millions de dollars.

Notamment, Nikolic et Epstein étaient tous 2 clients du même groupe de banquiers chez JP Morgan, Bloomberg rapportant + tard qu’Epstein aidait régulièrement ces banquiers à attirer de nouveaux clients fortunés…

En 2016, Nikolic a cofondé Biomatics capital qui investit dans des entreprises liées à « la convergence de la génomique et des données numériques » qui « permettent le développement de thérapeutiques, de diagnostics et de modèles de livraison supérieurs ».

Nikolic a fondé Biomatics avec Julie Sunderland, ancienne directrice du Fonds d’investissement stratégique de la Fondation Gates.

Au moins 3 des entreprises soutenues par Biomatics – Qihan Biotech, eGenesis et Editas – ont été cofondées par George Church, un généticien de Harvard ayant des liens étroits avec Epstein et également étroitement associé à la Fondation Edge.

L’investissement de Biomatics dans Qihan Biotech ne figure + sur le site Web de Biomatics : Qihan Biotech cherche à produire des tissus et des organes humains à l’intérieur de porcs pour les transplanter chez l’homme,

tandis qu’eGenesis cherche à modifier génétiquement des organes de porc pour les utiliser chez l’homme.

Quant à Editas, elle produit des « médicaments » d’édition génétique CRISPR et est également soutenue par la Fondation Gates, ainsi que par Google Ventures !

Church a été accusé de promouvoir l’eugénisme ainsi que l’expérimentation humaine non éthique.

L’intérêt significatif d’Epstein pour l’eugénisme a été rendu public après sa mort, et Bill Gates, ainsi que son père William H. Gates II, ont également été liés à des mouvements eugénistes.

Après la mort d’Epstein en 2019, il a été révélé que Nikolic avait été nommé « exécuteur testamentaire successeur » de la succession d’Epstein, ce qui suggère encore des liens étroits avec Epstein, malgré les affirmations contraires de Nikolic. (…)


Si, comme l’a rapporté l’Evening Standard, Epstein a gagné des Millions grâce à ses relations d’affaires avec Gates avant 2001, et si les liens de Gates avec Isabel Maxwell et la société CommTouch, liée à l’espionnage israélien, étaient rendus publics, le résultat pourrait facilement être un scandale comparable à l’affaire du logiciel PROMIS.

Une telle révélation pourrait être très préjudiciable à Microsoft et à son partenaire, le Forum Economique Mondial,

car Microsoft est devenu un acteur clé des initiatives du FEM en matière de “Quatrième Révolution Industrielle”, qui vont de l’identité numérique et des passeports vaccinaux aux efforts visant à remplacer les travailleurs humains par l’intelligence artificielle. (…)

Des efforts similaires ont été déployés pour dissimuler (ou occulter) les liens d’Epstein et des Maxwell avec d’autres empires importants de la Silicon Valley, tels que ceux dirigés par Jeff Bezos et Elon Musk.

L’une des principales raisons en est que l’opération de chantage du réseau Epstein impliquait non seulement un chantage sexuel, mais aussi des formes électroniques de chantage, un procédé utilisé avec beaucoup d’efficacité par Robert Maxwell pour le compte des services secrets israéliens, dans le cadre de l’opération PROMIS.

De par sa nature, le chantage électronique par le biais d’une surveillance illégale ou d’un logiciel piraté
peut être utilisé pour compromettre les personnes au pouvoir ayant quelque chose à cacher, mais qui ne sont pas enclines à s’engager dans l’exploitation de mineurs, tels que ceux abusés par Epstein.

Le fait qu’Isabel et Christine Maxwell aient pu nouer des liens commerciaux étroits avec Microsoft, après avoir fait partie de la société écran qui a joué un rôle central dans l’espionnage lié à PROMIS, et après avoir explicitement géré leurs sociétés ultérieures avec l’intention avouée de « reconstruire » le travail et l’héritage de leur père espion,

indique fortement la probabilité qu’au moins certains produits Microsoft aient été compromis d’une manière ou d’une autre, probablement par des alliances avec des sociétés technologiques dirigées par Maxwell.(…)

Les liens d’Epstein et des Maxwell avec la Silicon Valley, et pas seulement avec Microsoft, font partie d’une tentative + large de dissimuler la forte composante des services de renseignement dans l’origine des entreprises les + puissantes de la Silicon Valley.

Beaucoup d’efforts ont été déployés pour donner l’impression au public que ces entreprises sont des entités strictement privées, malgré leurs liens profonds et de longue date avec les agences de renseignement et les armées des États-Unis et d’Israël…

L’ampleur réelle du scandale Epstein ne sera jamais couverte par les médias grand public, parce que de nombreux médias appartiennent à ces mêmes oligarques de la Silicon Valley ou dépendent de la Silicon Valley pour leur lectorat.

Le motif essentiel pour lequel les origines et les liens entre l’armée, les services de renseignement, et l’oligarchie actuelle de la Silicon Valley ne seront jamais examinés honnêtement

est que ces mêmes entités travaillent actuellement à une vitesse fulgurante pour inaugurer la Quatrième Révolution industrielle qui fera de l’intelligence artificielle, de l’automatisation, de la surveillance électronique de masse et du transhumanisme des éléments centraux de la société humaine.

L’un des architectes de cette « révolution », Klaus Schwab, a déclaré cette année que le rétablissement et le maintien de la confiance avec le public étaient essentiels à ce projet…

Cependant, si la véritable nature de la Silicon Valley, notamment ses liens importants avec le violeur d’enfants en série et le trafiquant sexuel Jeffery Epstein et son réseau, venait à être révélée, la confiance du public serait considérablement érodée, menaçant ainsi ce que l’oligarchie mondiale considère comme un projet essentiel à sa survie. “

Source : https://reseauinternational.net/la-dissimulation-continue-la-verite-sur-bill-gates-microsoft-et-jeffrey-epstein/

 
Partagez la Connaissance ...
20
20

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

close

Vous appréciez mon blog ? Faites-le savoir !
Enjoy this blog ? Spread the word ...