Le Blog d'Elsa de Romeu : Information alternative, pertinente et impertinente
Egypte Iran Israël Syrie

Quand l’Iran, la Jordanie et l’Arabie Saoudite Trahissaient l’Egypte, la Palestine et la Syrie au profit de la Tutelle Israélo-Américaine

Une grande page récente de l’Histoire du Proche/ Moyen-Orient qui démontre combien les Dirigeants contemporains sont Corrompus et prêts à Vendre leurs Peuples dans leur Obsession Délirante du Pouvoir…
On observe la pertinence de leur choix à la Misère et au Chaos institutionnalisés dans laquelle leur Trahison infâme a fait Sombrer leur Peuple…
Les Citoyens Français et Européens feraient bien de s’en remémorer pour éviter le même Sort.
L’Ennemi Extérieur n’est rien par rapport à l’Ennemi Intérieur.
C’est en Soi qu’on trouve le Salut ou la Servitude.
” 4 des principaux protagonistes de ce drame – le Roi Faysal d’Arabie Saoudite, le Ier Ministre Israélien Yitzhak Rabin, le Ier Ministre de Jordanie Wasfi Tall et le Président Anouar El Sadate –
tous alliés de Ier plan des États-Unis, dont 2 Prix Nobel de la Paix (Rabin et Sadate) auront été assassinés,
alors que la République Islamique d’Iran se muait en Chef de file du combat pour la Libération de la Palestine et du Moyen Orient de la Tutelle Israélo-Américaine.
L’Arabie Saoudite s’est positionnée en Fer de lance du Combat contre l’Égypte Nassérienne et la Syrie Baasiste
au + fort de la guerre contre le Nationalisme Arabe menée conjointement par les États-Unis et Israël. ”

4 des principaux protagonistes de ce drame – le Roi Faysal d’Arabie Saoudite, le Ier Ministre Israélien Yitzhak Rabin, le Ier Ministre de Jordanie Wasfi Tall et le Président Anouar El Sadate – tous alliés de Ier plan des États-Unis, dont 2 Prix Nobel de la Paix (Rabin et Sadate) auront été assassinés, alors que la République Islamique d’Iran se muait en Chef de file du combat pour la Libération de la Palestine et du Moyen Orient de la Tutelle Israélo-Américaine.

1 – Le rôle incitatif de la Jordanie

L’Arabie Saoudite s’est positionnée en Fer de lance du Combat contre l’Égypte Nassérienne et la Syrie Baasiste au + fort de la guerre contre le Nationalisme Arabe menée conjointement par les États-Unis et Israël, en ce que les Régimes Républicains Arabes bordant le bassin historique de la Palestine (Égypte et Syrie) portaient la responsabilité de la guerre contre Israël pour la libération de la Palestine.

La guerre dérivative du Yémen menée par le Royaume Wahhabite contre l’Égypte, soutien des républicains contre l’Imamat, répondait à cet objectif, de même que la mise sur pied ultérieure d’un « pacte islamique » par le Roi Faysal d’Arabie Saoudite, dans la foulée de l’incendie de la Mosquée Al Aqsa de Jérusalem.

Au + fort de la Rivalité Egypto-Saoudienne, l’entrée en scène des Fedayins Palestiniens depuis le front oriental du monde Arabe a placé dans l’embarras la Jordanie, particulièrement le Roi Hussein. À l’instar de son grand père le Roi Abdallah, – assassiné en pleine mosquée d’Al Aqsa à Jérusalem, en 1948, pour avoir entretenu des relations clandestines avec les Sionistes du temps du Mandat Britannique sur la Palestine – le Monarque Hachémite entretenait des relations secrètes avec les Israéliens depuis 1963 et s’appliquait méthodiquement à brider la Guérilla Palestinienne.

La Jordanie considérait que la Syrie constituait l’obstacle majeur à la pérennisation de son arrangement conclu avec Israël pour maintenir le calme à la frontière Jordano-Israélienne. Peu de temps avant l’opération Israélienne d’Al Soummouh, Hussein adressa un message aux Israéliens, partiellement codé, les assurant qu’un raid rapide contre la Syrie ne romprait pas le calme sur le Front Nord et que l’Égypte, en dépit d’un accord de défense commune avec la Syrie, ne volerait pas à son secours.

L’opération Al Soummouh a mis en colère le Roi Hussein car il souhaitait vivement instaurer des relations cordiales et secrètes avec les Israéliens. Il déployait pour ce faire de grands efforts pour entraver toute action de la Guérilla Palestinienne contre l’État Hébreu.

L’opération Al Soummouh a suscité en outre la colère des Américains qui se sont posés la question suivante : « Pourquoi les Israéliens ont attaqué un allié proche des États-Unis, alors que Washington avait donné son feu vert à une attaque contre la Syrie ? »

2 – Le rôle incitatif du Chah d’Iran

La présence Militaire Egyptienne au Yémen était « préoccupante » pour l’Iran qui redoutait un accroissement de l’influence Nassérienne dans la Péninsule Arabique (Arabie Saoudite-Yémen), qui constituerait par voie de conséquence une menace pour la sécurité nationale Iranienne.

Pour conjurer cette menace, le Chah d’Iran a entrepris 2 démarches, l’une en direction d’Israël, l’autre en direction de l’Union Soviétique.

A- En direction d’Israël

Le Chah s’est appliqué à inciter Israël à se livrer à une action Militaire contre l’Égypte, en vue de la contraindre à retirer ses troupes du Yémen et à les concentrer sur le front Israélien.

Parallèlement, le Chah s’est employé à faire pression sur l’Union Soviétique, en vue d’obtenir que cette dernière contraigne l’Égypte à se retirer du Yémen et « distraie » la Syrie pour l’empêcher de soutenir l’Égypte.

La visite de Yitzhak Rabin en Iran le 14 avril 1967, soit moins de 2 mois avant la guerre de Juin 1967, constitue à cet égard la + importante visite jamais effectuée par un responsable Israélien en Iran.

Durant son séjour à Téhéran, le chef d’État-Major Israélien a non seulement rencontré le Chah, mais s’est également entretenu avec le Ier Ministre et surtout avec les Chefs militaires et les responsables de l’appareil sécuritaire Iraniens.

Le thème général des entretiens a été l’aménagement d’une Coopération stratégique entre l’Iran et Israël, 2 Alliés majeurs des États-Unis au Moyen-Orient, en vue de faire face à l’Égypte.

En contrepartie, Rabin a demandé à l’Iran d’accroitre ses fournitures de Pétrole Iranien à Israël qui représentaient déjà 85 % des besoins énergétiques Israéliens.

Le Chah a attiré l’attention de Rabin sur le fait que « la présence Egyptienne au Yémen entravait le déploiement de l’influence Iranienne dans la Péninsule Arabique et constituait de ce fait une Menace pour le Monde Arabe et par voie de conséquence pour Israël ».

En conclusion, le Chah a estimé qu’il était « de l’intérêt commun de l’Iran et d’Israël d’occuper l’armée Egyptienne dans d’autres endroits et d’occuper la Syrie pour l’empêcher de voler au secours de l’Égypte ».

Ami Jalouska évoque à ce propos le rôle de l’Iran dans l’exacerbation de la Tension en pratiquant une « politique du bord du précipice », faisant fuiter de fausses informations à caractère stratégique à l’Union Soviétique à propos de prétendues intentions Israéliennes de se livrer à une attaque subite contre la Syrie.

Ce fait a mis en colère Nasser qui ordonna alors un mouvement des troupes Egyptiennes en signe de Solidarité avec la Syrie. Le jeu Iranien a contribué à précipiter la Guerre, engageant l’Égypte dans un Conflit auquel elle n’était pas préparée.

La Guerre de Juin 1967 a pleinement satisfait les objectifs stratégiques de l’Iran, en réduisant l’influence de l’Égypte dans la zone Pétrolière du Golfe et sa substitution par l’Iran.

B- En direction de l’Union Soviétique

Le Chah s’est appliqué à convaincre l’Union Soviétique de faire pression sur l’Égypte pour contraindre ce dernier pays à se retirer du Yémen et brider son influence dans la Péninsule Arabique, en lui faisant miroiter un marché mirobolant.

a) Les entretiens de Yitzhak Rabin, chef d’État-Major Israélien à Téhéran :

Le Chah a tenu les propos suivants à Yitzhak Rabin : « J’ai précisé aux Soviétiques que leurs intérêts en Iran étaient aussi importantes que leurs intérêts en Égypte. J’ai en conséquence conclu d’importants Accords Economiques et Commerciaux avec l’URSS dans les domaines Energétiques (Pétrole et Gaz), l’installation d’Usines Russes en Iran en + de Contrats d’Armement ».

Le Chah a expliqué à Rabin sa démarche en faisant valoir que ce développement des rapports Irano-Soviétiques dans le domaine Economique avait surpris les États-Unis, mais qu’il avait pris cette décision afin d’inciter Moscou à « réfléchir quant à l’opportunité de poursuivre sa Coopération avec l’Égypte et de mettre en balance les intérêts soviétiques tant en Iran qu’en Égypte ».

Malheureusement pour le Chah, Moscou n’a pas prêté une grande attention aux propos du Souverain Iranien.

b)- La lettre du Roi Faysal d’Arabie au Président Lyndon Johnson

Aux démarches du Chah d’Iran et du Roi Hussein de Jordanie se sont superposées celle du Roi Faysal d’Arabie Saoudite. Le Souverain Wahhabite a en effet adressé un message à Lyndon Johnson, en date du 23 novembre 1966, dans lequel il demandait au Président Américain de « suggérer » à Israël de « se livrer à une action Militaire contre l’Égypte de Nasser ».

Épilogue

Le Chah d’Iran, l’un des + farouches adversaires de Nasser, sera évincé du pouvoir en 1979 par une Révolte Populaire, l’année de la conclusion du Traité de Paix entre Israël et l’Égypte.

À la recherche d’un abri, l’Amérique refusera, paradoxalement, l’asile à son meilleur gendarme dans le Golfe… Au terme d’une longue Errance, le Roi des Rois sera accueilli par l’Égypte, pays contre lequel il avait ardemment incité Israël d’attaquer !

La République Islamique d’Iran proclamée à son éviction compensera stratégiquement la défection de l’Égypte du champ de bataille contre Israël, du fait de sa conclusion d’un Traité de paix avec l’État Hébreu.

Le Roi Faysal d’Arabie Saoudite connaitra son heure de gloire en 1973, en activant l’arme du Pétrole, non pas tant en soutien à l’effort de Guerre Arabe contre Israël, selon la version Pétromonarchique, mais en vue de Fragiliser les économies de l’Europe Occidentale et du Japon, face à l’Economie Américaine sinistrée par le gouffre financier représenté par la Guerre du Vietnam (1958-1975).

Faysal sera néanmoins, à son tour, assassiné en 1975, par son propre neveu… diplômé des Universités Américaines, illustrant par la même la corrosivité de « l’American Way of Life » pour les Bédouins du désert.

Anouar El Sadate, l’homme qui s’est appliqué à gommer l’Héritage de son Mentor Gamal Abdel Nasser accueillera, en grand seigneur, le Monarque Iranien déchu – un mégalomane ayant pourtant vigoureusement incité Israël à attaquer Militairement l’Égypte en lui infligeant une sévère Défaite militaire.

Mais celui qui s’est auto-proclamé « président musulman d’un pays musulman » en vue d’activer le levier Islamiste pour neutraliser les Laïcs d’Egypte – Nassériens et Communistes -, sera à son tour assassiné par… un Néo Islamiste.

Nec plus ultra, Yitzhak Rabin, l’ancien Chef d’État-Major Israélien de la Guerre de Juin 1967, l’interlocuteur privilégié du Chah d’Iran, devenu Ier Ministre et cosignataire du Traité de paix avec l’Égypte de Sadate, sera, à son tour, assassiné par… un Ultra Sioniste.

Enfin, Le Roi Hussein de Jordanie, rompant la Solidarité Arabe au profit d’une Connivence avec Israël, l’ennemi officiel du monde Arabe, organisera un bain de sang à Amman, en septembre 1970, pour mater la Guérilla Palestinienne et assurer la survie du trône Hachémite. Il traînera jusqu’à sa mort, au terme d’une longue maladie, en 2002, le qualificatif de « Boucher d’Amman ».

Son âme damnée, le Ier Ministre Wasfi Tall, sera assassiné en 1971, un an après le septembre noir Jordanien, au Caire, par substitution de son Roi.

Au terme de cette séquence, 5 des principaux protagonistes de ce drame – tous Alliés de Ier plan des États Unis, dont 2 Prix Nobel de la Paix (Rabin et Sadate) – seront dégagés de manière violente de la scène publique, dont 4 assassinats, alors que la République Islamique d’Iran se muait en Chef de file du combat pour la Libération de la Palestine et du Moyen Orient de la Tutelle Israélo-Américaine.

4 assassinats de grands pontes Pro-Occidentaux (Fayçal, Sadate, Rabin Wasfi Tall)… Une histoire de cornecul. “

Source : https://reseauinternational.net/la-jordanie-et-liran-poussent-israel-a-la-guerre-contre-legypte-nasserienne-et-la-syrie-baassiste-4-4/

 
Partagez la Connaissance ...
20
20

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

close

Vous appréciez mon blog ? Faites-le savoir !
Enjoy this blog ? Spread the word ...