Beauty

Réflexions sur notre temps de Fléchissement : le Cantique de la Peur de la Mort et de la Vie de l’Esprit

Voilà un magnifique article que je Plussoie, parce qu’il apporte une telle bouffée d’Oxygène Mental en ces Temps Peroxydés…
Cette réflexion sur la Mort me fait penser au SEPPUKU Japonais, Peuple Martial s’il en est, où les Samouraïs pratiquaient le Suicide comme Code d’Honneur,
considérant qu’il valait mieux Choisir et Réussir sa Mort que Rater sa vie en Fuyant la Mort et en Survivant dans la Médiocrité…
Le Chamanisme et le Christianisme ne considèrent pas autre chose, que si l’on est incapable de faire face à sa propre Mort, on ne DEVIENDRA jamais un Etre Humain.
En vérité, le Transhumanisme est du Sous-Humanisme, il constitue une régression psychique et une involution spirituelle abyssales.

” L’hexagone semblait pétrifié, rendu amorphe sous l’effet d’une hypnose médiatique. L’écran s’était interposé entre les êtres.
Combien les peuples aux prises avec la souffrance vivent vraiment,
tandis que ceux qui cherchent à s’en prémunir arrivent à tout s’interdire, et donc à une mort lente…
Tout y est passé : l’héritage culturel, le droit du travail, la vie privée, ou encore la mise à disposition de notre propre corps.
Cette décennie s’est ouverte sur la + grande opération psychologique de l’Histoire humaine.
Faussement confrontés au spectre de notre propre disparition,
nous avons remis les clefs de notre destinée dans les mains d’un cercle de psychopathes ayant programmé un avenir de contrôle absolu, eugéniste et transhumaniste.
Et si ce plan semble se dérouler avec succès, ce n’est qu’en raison de notre déconnexion graduelle envers notre individualité profonde,
par laquelle ils nous maintiennent dans un état de dépendance pathologique. ”

” Népal, fin 2006. Le pays sortait tout juste de I0 ans de guerre civile ou de révolution, selon le point de vue… Incroyable effervescence dans les rues, sur les routes et dans les campagnes. Défilés chamarrés entre les checkpoints et les barrages enflammés. Joie de vivre et intensité de chaque instant, malgré la misère et les deuils. Les processions nuptiales et funéraires se croisaient dans les étroites ruelles de Katmandou, tandis qu’un peu partout était célébrée la réincarnation d’une déesse en la personne d’une petite fille. Existence, trépas et renouveau entremêlés dans l’éternelle roue des cycles…

Retour dans une France glaciale, début 2007, à l’aube de l’élection de Sarkozy. L’hexagone semblait pétrifié, rendu amorphe sous l’effet d’une irrésistible hypnose médiatique. Les rires étaient forcés, les larmes surfaites. L’écran s’était interposé entre les êtres, avant même l’apparition des premiers smartphones.

Les profils Facebook, le paraître, avaient rendu toute spontanéité suspecteLa vie en Occident n’était déjà + qu’un ersatz, la mort, une abstraction. Nous étions entrés dans l’ère surprotégée du numérique où toute étincelle était étouffée sous la chape de plomb du conformisme.

Étrange entrelacs de destins et de perceptions collectives… Je découvrais, à 22 ans, combien les peuples aux prises avec la souffrance vivaient vraiment, tandis que ceux cherchant en permanence à s’en prémunir en arrivaient lentement mais sûrement à tout s’interdire.

Une génération a passé. Et nous nous sommes, sous couvert de sécurité, peu à peu laissé déposséder de nos libertés par un biopouvoir toujours + intrusif. Tout y est passé : l’héritage culturel, le droit du travail, la vie privée, ou encore la disposition de notre propre corps.

Il ne restait + qu’à nous administrer un choc, et nous étions mûrs pour le dernier acte de cette fin de civilisation. Cette décennie s’est ouverte sur la + grande opération psychologique de l’Histoire humaine. Faussement confrontés au spectre de notre propre disparition, nous avons remis les clefs de notre destin dans les mains d’un cercle de psychopathes ayant programmé un avenir de contrôle absolu, eugéniste et transhumaniste.

Un monde où nos moindres faits et gestes, ainsi que nos pensées, seraient encapsulés dans leur nouvelle normalité virtuelle.

Et si ce plan semble, jusqu’ici, s’être déroulé avec succès, ce n’est qu’en raison de notre déconnexion graduelle envers notre individualité profonde – ce mélange de méconnaissance de soi et de candeur puérile par lequel ils nous maintiennent dans un état de dépendance pathologique.

La peur de la mort est + que jamais au cœur du dispositif, et le nerf de la guerre qui nous a été déclarée. Dans toutes les sociétés traditionnelles, le passage à l’âge adulte faisait l’objet d’un rite initiatique visant à la vaincre une bonne fois pour toutes, pour ne + ensuite en être l’esclave...

Car tout individu laissant la frayeur présider à ses actes peut être soumis à toutes les extorsions, manipulations ou chantages, sans jamais s’extraire de sa condition. Est condamné, en somme, à ne jamais rester qu’un humain avorté, dépourvu de tout libre-arbitre.

C’est la raison pour laquelle nous avons depuis des décennies été entretenus dans une relation si lointaine avec la réalité du décès, et aussi pour laquelle les fondements de toute spiritualité sont sapés à travers le monde.

Cette frousse nous a conduits, il y a 2 ans, à fermer les yeux sur l’euthanasie des vieillards dans les EHPADs. À renoncer à notre liberté d’aller et venir. À conditionner l’accès à certains lieux publics au port de la muselière, prélude à l’atteinte corporelle que constitue l’inoculation.

À faire les bien-pensants en considérant les non-injectés comme des dangers pour autrui – boucs-émissaires du nouveau dogme hygiéniste. Et aujourd’hui à consentir sans sourciller au sacrifice des enfants !

C’est cette peur irrationnelle qui mène tant de semi-humains à renoncer à vivre, au prétexte de ne pas mourir.

Tout ceci est évidemment absurde. N’importe qui ayant eu ne serait-ce qu’un aperçu des lois naturelles sait que la mort fait intrinsèquement partie de la vie. Imaginer y échapper n’est que l’apanage des fous furieux qui nous gouvernent.

C’est là l’éminent paradoxe de notre époque. Car si l’on a coutume de dire que la peur n’évite pas le danger, celle-ci fait présentement courir ses fidèles sujets à leur perte. En vertu de cet instinct le + primaire et de ses dérivés : la crainte d’être rejeté, d’ostracisé par la pression sociale, ou de manquer... En ce début de siècle, le refus de disparaître est en voie de devenir la Ière cause de mortalité !

Ceci n’est encore perceptible que pour une minorité. Mais l’intervalle qui s’ouvre est celui d’une épreuve initiatique à l’échelle de l’Humanité. Devant la réalité du carnage qui s’annonce, soit nous cédons à la terreur et sommes alors certains d’y succomber, soit nous franchissons le pas de l’acceptation, et nous aurons une chance de vivre l’émancipation si longtemps désirée : l’équation est aussi simple que cela.

La liberté est la condition première de toute forme de Vie, végétale, animale ou humaine. L’expérience nous a montré que l’assujettissement revient à une disparition en sursis. Et la délivrance ne passe que par le dépassement de l’appréhension de mourir, comme l’ont illustré d’excellentes fictions comme The Truman Show ou Matrix.

La Ière étape en vue de s’affranchir d’une inquiétude est d’y faire face, de même qu’il faut ouvrir les yeux dans le noir pour s’accoutumer à l’obscurité.

Nous qui avons, jusqu’ici, résisté à toutes les pressions et nous sommes, depuis un moment, préparés au pire, avons déjà dépassé cette phase. Mais nous serons avec le temps rejoints par de + en + d’injectés mis devant la triste réalité des effets délétères de ces inoculations. Passés le choc et l’effroi, viendra pour eux le temps de la colère… Nous serons alors présents pour les accompagner sur le chemin des révélations !

L’actuelle surenchère d’hystérie et de répression envers les réfractaires ne doit pas nous tromper ; cette précipitation de la part du cartel globaliste est le signe que le temps leur est compté :

ils s’empressent à vouloir éliminer le groupe-témoin que nous représentons, avant que la vérité se fasse jour auprès d’une masse critique de citoyens.

Cette stratégie est vouée à l’échec sur le long terme, et les membres de nos gouvernements corrompus en ont bien conscience. La trouille, en ce début d’année 2022, est en train de changer de camp. C’est pourquoi nous devons tenir bon, ne pas céder à leurs injonctions, et surtout garder à l’esprit que, contrairement aux apparences, le temps joue pour nous.

Bien sûr, ils ont d’autres cartes dans leur manche, au cas où le contrôle viendrait à leur échapper : l’hypothèse d’un conflit Est-Ouest n’est notamment pas à exclure et serait un moyen pour l’oligarchie d’enterrer leurs méfaits présents et passés sous la poussière des bombes.

Cependant, si l’Humanité s’élève aujourd’hui suffisamment en conscience pour refuser de leur obéir, aucune manœuvre ni aucun stratagème ne permettra de retour en arrière. Le monde d’avant n’est définitivement +. Et celui à venir verra l’avènement d’une société enfin affranchie d’une domination multiséculaire sur les corps et sur les esprits ou ne sera pas, car, comme je l’ai déjà écrit, le projet transhumaniste est fondé sur un postulat erroné concernant la nature de l’existence.

Chacun de nous est en ce moment invité à la rencontre de lui-même. Ces retrouvailles intérieures ne pourront se produire que dans un parfait alignement, une fois nos zones d’ombres mises en lumière.

Ce douloureux travail d’accouchement de soi ne pouvait se dérouler dans le nid douillet des croyances ou de l’insouciance bienheureuse ; il est nécessaire à l’Humanité pour nous extraire de la mortelle étreinte matérialiste et nous éveiller à notre nature multidimensionnelle.

Cette crise que nous traversons nous permettra, si nous nous révélons à la hauteur de ses enjeux, de renouer avec les lois universelles et de retrouver l’harmonie. Sans quoi, nous disparaîtrons de la surface de la Terre comme d’autres espèces avant nous, jusqu’à ce que d’autres formes de vie nous succèdent.

Mais si nous sortons victorieux de cette épreuve, nous aurons réalisé un tel saut de maturité que nous nous serons rendus imperméables à toute forme d’abus et de maltraitance. Nous pourrons alors accomplir notre plein potentiel d’Êtres co-créateurs de notre réalité.

Des rayons d’étoile dans les iris et des embruns océaniques dans les artères... Cela peut paraître utopique, au vu de ce à quoi nous assistons, au jour le jour.

Mais le visible est le reflet inverse de l’invisible, et la souffrance présente est à la mesure de l’indescriptible joie qui n’attend que nous, de l’autre côté du miroir.

Car la véritable utopie n’est pas de croire en la possibilité d’un monde meilleur ; elle est de considérer que celui-ci puisse éternellement se maintenir !

Dans un cri, nous venons au monde et aspirons nos premières bouffées d’oxygène. Voilà qu’aux 4 coins du globe, une clameur gronde à l’unisson, pour nous extraire de nos chaînes. L’heure est venue de quitter le liquide amniotique et de prendre une profonde inspiration. La sortie du tunnel approche, et nous pourrons bientôt respirer à l’air libre. “

Source : https://lesakerfrancophone.fr/independenza

 
Partagez la Connaissance ...
20
20

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

close

Vous appréciez mon blog ? Faites-le savoir !
Enjoy this blog ? Spread the word ...