Le Blog d'Elsa de Romeu : Information alternative, pertinente et impertinente
Vos Guerres Nos Morts

l’Impérialisme Occidental en Syrie : Financement et Blanchiment du Terrorisme et Agression Systématique de la Souveraineté Nationale

” Prolongée par un acharnement Criminel dont Erdogan n’est que l’Instrument, la Guerre qui sévit en Syrie depuis I0 ans a fait l’effet d’un révélateur chimique.
Protagonistes embusqués de ce bain de sang, les Gouvernements Américain, Britannique, Français, Turc, Saoudien et Qatari passeront à la postérité pour ce qu’ils sont :
les Bourreaux d’un Peuple qui ne leur a rien fait.
La Tragédie Syrienne a exposé au grand jour leurs Stratégies les + Retorses. Mais la pire de toutes a consisté à Blanchir le Terrorisme… chez les autres.
La Destruction de l’État Syrien, objectif N°I de l’axe Washington-Riyad-Paris-Londres-Ankara-Doha, secondé en coulisses par Tel-Aviv, était une fin qui justifiait tous les moyens,
et la perspective d’un Emirat Extrémiste faisait clairement partie du plan.
Mais c’était sans compter sur la Résistance du Peuple Syrien et la Loyauté de son Armée.
La Mobilisation générale de la piétaille Takfiriste devait coûter un Milliard de dollars par an aux Pétromonarchies du Golfe.
C’était sans compter, non +, sur la capacité du Gouvernement Syrien à nouer les Alliances nécessaires avec des Partenaires Fiables.
Afin de desserrer l’étreinte mortifère des Sponsors de la Terreur, Damas a obtenu le précieux concours de Téhéran, Moscou et Pékin.
En réalité, il n’y a jamais eu de Guerre Civile en Syrie :
déclenchée par les Puissances Impérialistes, cette Guerre est d’emblée un Conflit International de grande ampleur, où une coalition s’est formée pour vaincre la coalition adverse.
Mais tout le monde a compris que la Réalité du Conflit Syrien, depuis I0 ans, c’est la Lutte qui oppose un Conglomérat Terroriste Sponsorisé et une Armée Nationale qui Défend son pays contre l’Invasion étrangère. ”
neuro-pirates

la Fausse Opposition Contrôlée par Ingénierie Sociale, Sésame ultime des Joueurs d’Echec et Vrais Fauteurs de Trouble que sont les Oligarques

Un Article Monumental, d’une Complexité, d’une Intrication, d’une Acuité et d’une Limpidité Rares… La Real Politik hissée au rang de Subversion.
” Dans une approche d’Ingénierie, tout est Dé-subjectivé ; ici, on ne se Parle +.
Autrui n’est +l’adresse d’une Interlocution mais l’Objet d’une Gestion, d’un Contrôle, d’un Management.
Les Idées, les Emotions, les Vécus, tout est Objectivé :
autrui, mais aussi soi-même, peuvent alors être décrits comme des objets « en chantier », c’est-à-dire à Reconfigurer, à Reformater, à Réinitialiser,
un peu comme en Informatique, en Génétique ou dans le BTP – d’où l’appellation d’Ingénierie qui n’est même pas métaphorique.
Cette Mécanisation de l’Humain vient directement de l’approche Cybernétique.
Quelque part, c’est le Mépris maximum pour le Vivant.
Compte tenu que, sur un chantier, il est souvent moins “Coûteux” de tout Casser et de tout Reconstruire à neuf que de Modifier l’Ancien,
on voit où cela peut mener dans les Sociétés Humaines !
Cela revient à Normaliser un Rapport à autrui complètement Psychopathique :
1) le Sujet est un Objet / 2) Je peux le Détruire pour un bien que j’estime supérieur.
Il faut distinguer : – les « Petites Mains », qui font de l’ingénierie sociale au quotidien dans leur travail et sont souvent des Idiots Utiles du Système,
tous ces gens qui travaillent dans le Consulting, le Management, le Marketing, la Stratégie Militaire, le Renseignement, l’informatique de haut niveau (Intelligence Artificielle, Cryptologie), la Robotique, la Sécurité des systèmes, etc.
– les « Salauds », eux-mêmes subdivisés en 2 catégories :
les Financiers et les Banques Centrales, avec leur projet de Gouvernement Mondial (Rothschild, Morgan, Rockefeller, etc) ;
les Planificateurs tels qu’Edward Bernays (la Com’), Milton Friedman (la stratégie du Choc), Zbigniew Brzezinski (le Tittytainement) ou Georges Soros (les Révolutions Colorées). ”
close

Vous appréciez mon blog ? Faites-le savoir !
Enjoy this blog ? Spread the word ...