Le Blog d'Elsa de Romeu : Information alternative, pertinente et impertinente
Gaza Palestine

Les Souterrains Insurrectionnels, l’Eternel Bouclier contre la Mort venue du Ciel – à Gaza comme durant WWI

” Le célèbre roman Birdsong raconte l’histoire de l’intérieur de l’exténuante guerre des tranchées de 1914-18.
Les tranchées – de simples couloirs boueux et détrempés par la pluie – étaient séparées des lignes allemandes par l’enfer de désolation du « no man’s land »
– une étendue sauvage indescriptible de boue, de boue et encore de boue, jonchée de morceaux d’hommes brisés dont personne n’osait récupérer les restes,
et de fils de fer barbelés à lames de rasoir tordus dans toutes les formes et tous les angles imaginables.
Mais au fond, c’est une histoire de tunnels – ceux qui les ont creusés, ceux qui y ont été enterrés en tombant
et ceux qui en sont sortis – comme des vers de terre qui surgissent – pour surprendre et tuer l’ennemi.
Les tunnels étaient l’arme secrète de la Première Guerre mondiale.
Ils étaient la réponse au bombardement aérien impitoyable déclenché par la masse écrasante d’une machine militaire supérieure.
Les bataillons entraient dans les tranchées avec 800 hommes, et en ressortaient, après le bombardement, avec seulement 100 à 200 hommes vivants.
Et pourtant, ils continuaient – des volontaires creusant des tunnels dans la boue pour surgir, tels des fantômes, sur un ennemi endormi.
La doctrine occidentale de la puissance de feu écrasante est née là.
Elle est devenue le principal outil de la boîte à outils occidentale
et la supériorité aérienne absolue reste le cœur de la stratégie actuelle des États-Unis et de l’OTAN.
Où veut-on en venir ? Toute cette tradition de stratégie militaire ancrée dans les bombardements aériens massifs qui remonte aux années 1920 et se poursuit aujourd’hui à Gaza est en train d’expirer.
Elle est devenue obsolète (du moins au Moyen-Orient). ”
Alger Palais des Raïs Patio - Bastion - Nabil

l’Héritage Colonial Français laissé à l’Algérie versus le Présent Algérien

” Puisque le Système Algérien veut faire les Comptes, nous allons donc lui présenter l’Addition de ce que l’Algérie a Coûté à la France, entre 1830 et 1962… sans parler du Coût Colossal de l’Immigration depuis cette dernière date !
Au mois de juillet 1962, au terme de 132 années de présence, la France avait créé l’Algérie, lui avait donné son nom, l’avait Unifiée.
La France avait Drainé ses Marécages, Bonifié ses Terres, Equipé le pays, Soigné et Multiplié par I0 sa Population.
Elle avait fait entrer dans la Modernité des Tribus jusque-là Dissociées.
En 1959, toutes Dépenses confondues, l’Algérie engloutissait à elle seule 20% du Budget de l’Etat Français.
Et cela, en Pure Perte car, Economiquement, l’Algérie n’avait pas d’intérêt pour la France :
qu’il s’agisse des Minerais, du Liège, de l’Alpha, des Vins, des Agrumes etc., toutes les Productions Algériennes avaient en effet des Coûts Supérieurs à ceux du Marché !
Quant au Pétrole, il était, lui aussi, Subventionné par la France :
les Hydrocarbures du Sahara furent mis en Production entre 1957 et 1959, avec une Exploitation qui débuta en 1961,
quelques mois avant l’Indépendance !
Là encore, la France a Surpayé un Pétrole dont elle avait pourtant Financé les Recherches et la mise en Exploitation…
Par le Labeur de ses Colons, la France avait également permis à l’Algérie d’être Alimentairement Auto-suffisante. ”
close

Vous appréciez mon blog ? Faites-le savoir !
Enjoy this blog ? Spread the word ...