Le Blog d'Elsa de Romeu : Information alternative, pertinente et impertinente
Ho Chi Minh

les Joies Discrètes de la Colonisation Indochinoise

” L’Enfer est Vide, tous les Démons sont Ici. ” – Shakespeare, ” La Tempête “, I6II.
Les Religions sont une vaste Escroquerie dans le sens où elles nous parlent de l’Enfer comme d’un AiIleurs, alors qu’après une analyse serrée, on ne peut que constater que nous sommes DEJA en Enfer sur Terre, aussi Vicieux et Viciés que des Démons :
aucun autre animal terrestre ne Sacrifie, Chasse ni Persécute ses congénères.
Nous sommes littéralement en bas de l’Echelle de l’Evolution Spirituelle,
et guère susceptibles de la remonter,
car dans le Déni complet de notre part Obscure, aussi considérable qu’un Essaim d’Etoiles Vrombissant de Haine….
Peu importe qu’il s’agisse ici de Colonisation (on appréciera l’Hypocrisie sans fond de l’extrême Sauvagerie déployée pour “Civiliser” les Indigènes),
les Tortures ayant été gracieusement exécutées, non pas par les Colons, trop Lâches et Fourbes pour salir leur gants blancs d’Esprits Supérieurs,
mais par des concitoyens zélés…
Il est clair, quand on observe ces Sévices extrêmes dans les détails, qu’il ne suffit pas d’être Indifférent pour les Commettre,
mais, bien au contraire, dans la Jouissance Complète. Allô, Belzébuth ?
On ne peut néanmoins éviter de remettre la Palme de l’Infâmie aux Policiers et aux Militaires qui se distinguent toujours, sous toutes les latitudes, par leur Complicité savoureuse dans les pires Crimes de Masse.
Il n’y a rien de + Schizoïde que ce statut social où l’on se revendique du Meilleur pour mieux engendrer le Pire,
à quelques rares exceptions près de Héros au code d’Honneur impeccable, protecteurs de la Veuve et de l’Orphelin, au lieu de Violer ladite Veuve et Massacrer l’Orphelin.
Being Zen

A la manière Zen, paradoxale & sans certitude, sur le Mental & sa disparition ~

” Nous sommes si souvent les passants pressés par notre mental, si conditionnés par nos réflexes de pensées, par nos préjugés & nos jugements perpétuels lancés à la face du monde & à la gueule de l’autre.
Notre mental, souvent + préoccupé de ses ruminations, ses remémorations, ses anticipations & ses rêveries, passe souvent à côté d’incroyables beautés.
Nous allons, vite, le + vite possible, sans sentir nos pas, nos pieds, notre corps tout entier se mouvoir & être caressé par le vent qui nous enveloppe.
Et pourtant, un regard bien veillant est là, celui d’une conscience aimante, attentive, bienveillante.
Notre cœur est un grand sage. Malgré les coups qu’on lui porte, peut-être même à cause des coups qu’on lui porte, il est là, à nous observer sans fin & sans impatience,
souffrant tout ce que nous souffrons, goûtant tout ce que nous goûtons, aimant + encore tout ce que nous aimons. ”
close

Vous appréciez mon blog ? Faites-le savoir !
Enjoy this blog ? Spread the word ...