Le Blog d'Elsa de Romeu : Information alternative, pertinente et impertinente
Error 404 Democracy

Oligarchie, Ploutocratie et Démocratie

” Les Failles Structurelles du Parlementarisme dit Représentatif, assorties d’une interprétation déficiente du principe de séparation des pouvoirs, se sont spontanément et « naturellement », prolongées en un Système Européen Ploutocratique.
Sur le long terme, le Verrouillage du Pouvoir par ceux qui détiennent la Richesse n’est pas une organisation politique Viable,
car ceux qui détiennent les Richesses ne Créent rien :
ils vivent de l’Accaparement du Travail, de la Créativité et de la Volonté des groupes Productifs de la Société.
Ce système est basé sur la prédominance de l’Avoir sur l’Être, via une relation de Prédation Systématique sur le Vivant.
Le régime Ploutocratique s’est développé à la faveur de la mise en avant, en tant que valeur ultime, des Droits de l’Individu
au détriment de l’existence des Devoirs, seuls à même de générer une Société au sens Politique du terme, et donc une Civilisation.
L’exacerbation des Droits Individuels a permis in-fine d’imposer la Loi du + Fort, selon des règles Financières.
Le pouvoir Exécutif n’est là que pour assurer la Mise en œuvre pratique des Lois générales Votées par le Parlement.
Quant à lui, le pouvoir Judiciaire relève du pouvoir exécutif…
La structure de notre État est donc organisée de façon Pyramidale avec, à son sommet, le Parlement, censé représenter la Volonté Générale.
Par ailleurs, pour compléter la critique de la théorie de la séparation des pouvoirs, il faut rappeler son Omission du Pouvoir Monétaire, élément pourtant essentiel de la Souveraineté politique de l’État.
Sans Contrôle de sa Monnaie, l’État est Dépendant de ses Créanciers et n’a donc pas de Souveraineté Financière.
Ses Choix Politiques étant Contraints par les Financiers, l’État est réduit à l’Impuissance.”
esclavage arabo-musulman états africains négriers

l’Esclavage d’origine Africaine & Arabo-Musulmane au cours des siècles …

“La Traite Esclavagiste Européenne, la + connue, débute au XVIème siècle pour s’achever au début du XIXème siècle.
L’autre, Arabo-Musulmane, commence au IXème siècle, 700 ans + tôt, & se termine pour l’essentiel à la fin du XIXème siècle, avec la colonisation de l’Afrique.
Une colonisation qui va permettre de rendre effective l’Abolition de l’Esclavage en contrôlant les territoires auparavant livrés aux Esclavagistes Musulmans.
Très souvent, des Tribus Africaines locales, voire des états organisés (royaume de Ghana, empire du Mali, empire Sanghaï) capturent les Esclaves au cours de razzias pour les Arabes,
où les hommes sont décapités & les femmes & les enfants traînés le long des pistes sahariennes dans des conditions effroyables.
Cette Traite Saharienne aura duré + de 1.000 ans.
Depuis des siècles, les Arabes possèdent des comptoirs sur le littoral & dans les îles de l’océan Indien, attendant que leurs Courtiers Noirs leur livrent ivoire & esclaves,
n’ayant pas le contrôle des voies de communication de l’intérieur qui restent le monopole de Tribus Noires spécialisées dans la vente d’Esclaves Noirs au Mozambique, au Kenya & au sud du Lac Victoria.
Cela change au milieu du XIXème siècle, quand les Arabes remontent les pistes, ravageant toute une partie de cette Afrique Orientale, depuis le Soudan jusqu’au Mozambique & de l’Océan Indien au Congo.
Ceux qui parviennent sur le littoral sont regroupés à Zanzibar dont le Marché aux Esclaves est quotidien & renommé :
de 1830 à 1875, 7430.00 Esclaves furent vendus sur ce seul marché !
Il faut savoir que pour 1 esclave vendu sur le marché de Zanzibar, 4 ou 5 ont péri en route ou lors de leur capture !
Ajoutons que la dernière Caravane d’Esclaves est signalée en Libye en 1929, qu’en 1960, les Ventes d’Esclaves étaient toujours courantes à la Mecque, qu’en 1964, on vendait encore des Noirs au Yémen,
que l’Esclavage ne fut aboli en Arabie Saoudite qu’en 1962,
& qu’il existe encore des populations noires serviles en Mauritanie. ”
close

Vous appréciez mon blog ? Faites-le savoir !
Enjoy this blog ? Spread the word ...