Guerre du Vietnam

Le Retour du Léviathan : les Leçons pour aujourd’hui de la Guerre Froide au Vietnam

” Un Stock massif d’Armes Américaines Stockées à Okinawa, au Japon, qui devaient à l’origine être utilisées pour l’Invasion Américaine prévue du Japon, ont été retirées,
une fois que les 2 Bombes Atomiques ont été Larguées sur Hiroshima et Nagasaki.
Ces énormes Cargaisons d’Armes n’ont pas été Renvoyées aux États-Unis, mais la Moitié a été transportée en Corée, et l’autre au Vietnam.
Cela signifie que des Préparatifs de la Guerre Froide étaient déjà en cours dès août 1945, et probablement bien avant,
et que les 2 régions choisies, la Corée et le Vietnam, ont été planifiées respectivement 5 ans et I0 ans à l’avance, avant que les Guerres réelles n’aient lieu…
La Victoire d’Eisenhower-Nixon, en 1952, fut le point culminant d’années de Stratégie Politique menée par des Courtiers Républicains de Wall Street,
et de nouveaux Dirigeants au département d’État et à la CIA, Foster et Allen Dulles respectivement, ont été choisis.
Ils allaient diriger les Opérations Internationales de la nation la + Puissante du monde…
Toute la période allant du 12 avril 1945 à ce jour fatidique de l’élection peut être comprise comme la Ière étape du Coup d’État Américain. C’est particulièrement évident entre 1945 et 1949, lorsqu’un certain nombre de nouveaux textes législatifs ont été adoptés, Réorganisant avec succès les Départements au sein des États-Unis,
de sorte que la plupart des Décisions Gouvernementales et Militaires soient Soumises à l’Autorité de quelques hommes, beaucoup + puissants que le Président lui-même.
La Loi sur la Sécurité Nationale de 1947, un de ces Chevaux de Troie, a conduit à la création de la Central Intelligence Agency, la plaçant sous la direction du Conseil de Sécurité Nationale.
On est loin de ce qui avait Organisé les États-Unis avant la Seconde Guerre Mondiale, qui reposait sur une Armée Civile.
En réalité, les Militaires, qu’ils le veuillent ou non, se retrouvaient pour toujours dans les bras de leur amante Toxique, la CIA. ”
the Golden Owl

A World Apart – Chapitre VIII – Rébus

Shêng Ming Zhi huâ /Fleur de Vie était la PDG de Red Howl, une société de Sécurité des Systèmes Informatiques qu’elle avait fondée avec 3 amis,
à sa sortie de CentraleSupélec, où elle avait accompli un Master Spécialisé en Cybersécurité, complété par un cursus d’Intelligence Artificielle et Big Data auprès de l’ESGI (Ecole Supérieure de Génie Informatique), à Paris
Elle était très fière de son quatuor, car ses amis ne l’avaient jamais déçue,
que ce soit sur le plan technique, stratégique, commercial ou humain.
En l’espace de I0 ans, ils étaient tous devenus millionnaires, et la société continuait à prospérer, ayant dans sa clientèle des multinationales aussi voraces que paranoïaques, des banques centrales,
des fonds de pension impitoyables, quelques institutions internationales principalement localisées en Suisse,
des sociétés de défense et d’armement ;
elle avait même fait quelques excursions de soutien auprès de services secrets européens.
Pilotes américains torturés par les Japonais

Quand les Japonais disséquaient des Pilotes américains vivants, tombés derrière les lignes ennemies

” De la même façon que les Nazis & le docteur Mengele en tête s’adonnaient à d’atroces “expériences médicales” sur les prisonniers, les Japonais ont transporté de nombreux prisonniers alliés vers le centre médical de Fukuoka pour des dissections irréalistes.
Selon les archives de l’université, un pilote tombé en vol a subi une lobotomie du cerveau, afin de vérifier si les crises d’épilepsie pouvaient être contrôlées par la chirurgie.
D’autres ont vu une section de leur foie amputée afin de savoir combien de temps ils pouvaient survivre.
Les atrocités ne s’arrêtaient pas là : les espions soviétiques étaient contaminés par la peste, le typhus ou le choléra.
Ils étaient considérés comme des “marutas”, c’est-à-dire “des bouts de bois,” dans la triste unité 731 où leur résistance à la mort était testée de diverses manières, toutes aussi sadiques les unes que les autres (brûlés au lance-flammes, bouillis à vif…).
Si les alliés se sont adonnés, eux aussi à des crimes de guerre (pillages, viols sur les populations civiles, massacre de soldats prisonniers), rien n’a atteint la cruauté des Japonais. ”