Le Blog d'Elsa de Romeu : Information alternative, pertinente et impertinente
cryptomonnaie numérique versus monnaie fiduciaire papier

la Banque Centrale Autrichienne lance une Attaque Pro-Cash contre l’Agenda de l’Euro Numérique de la BCE

” La Guerre contre l’Argent Liquide fait rage depuis des années et a commencé en 2016, lorsque la BCE a pris la décision de mettre fin à la production de Billets de 500 Euros,
tout cela, bien sûr, au nom de la Lutte contre «l’Evasion Fiscale, la Criminalité Financière, le Terrorisme et la Corruption».
Depuis lors, cette Guerre a dégénéré en Taux d’Intérêt Négatif sur tout le continent.
Or, la Banque Nationale Autrichienne vient de lancer une Campagne d’Information en faveur de l’Argent Liquide qui reste le Moyen de Paiement le + Populaire en Autriche et représente 79 % de toutes les Transactions de Paiement.
Avec l’Allemagne, l’Espagne, le Portugal, Malte, la Grèce, Chypre et l’Italie, l’Autriche est l’un des pays les + Riches en Espèces d’Europe.
L’Argent Liquide est + qu’un simple Moyen de Paiement. il fait partie de la Vie Quotidienne, Crée une Identité et vous aide à Maîtriser vos propres Finances.
Il est DEJA une Technologie, car un Billet de banque en Euros contient de nombreux éléments qui font de l’Euro l’une des Monnaies les + Infalsifiables au monde.
Les Normes de Sécurité élevées des Billets de banque en Euros ont un effet sécuritaire tangible,
le nombre de Faux Billets en Autriche et dans toute l’Europe étant en Baisse!
Est-ce le début d’une Rébellion ? ”
azerbaijani-defence

Artsakh : le Retour des Empires – le Califat Ottoman versus l’Iran & la Russie

“À tous ceux qui pensent qu’une armée est inutile & que la guerre entre États est improbable, le conflit qui vient de se déclencher en Artsakh apporte un démenti cinglant.
Nous avons ici un classique jeu de puissance à plusieurs échelles & à plusieurs coups.
Les guerres de civilisation ne peuvent avoir de solution pacifique.
Un même territoire convoité par 2 peuples, 2 religions, 2 histoires sur lequel les uns & les autres se mêlent ne peut trouver d’issue que dans l’éviction d’1 des 2 peuples.
Mais en réalité, ce n’est + une guerre qui oppose Arménie & Azerbaïdjan, c’est un conflit turc qui s’inscrit dans le cadre de l’expansion de la Turquie.
L’Azerbaïdjan ici n’est plus autonome ; Bakou est le jouet d’Ankara.
Le conflit de l’Artsakh est l’un des épisodes des offensives conduites par Erdogan, en Libye & en Syrie d’abord, contre la Grèce & en Méditerranée Orientale ensuite.
Cette attaque est peut-être une manière d’ouvrir un 3ème front afin de peser sur les négociations à venir autour du Gaz & de Chypre.
La Turquie a ainsi envoyé en Azerbaïdjan plusieurs Milliers de Mercenaires Islamistes qui combattaient en Syrie au côté de l’État Islamique,
embauchés pour un contrat de 3 mois au tarif de 1800 Dollars/mois.
Le conflit ethnique entre Arméniens & Azéris est en train de se mouvoir en guerre religieuse par la grâce de la Turquie, afin de prendre le commandement des croyants, comme au temps du Califat.
Une situation loin d’être évidente, tant la Russie & l’Iran ne pourront pas laisser passer une telle offensive.
Ici, Ankara trouvera des pays beaucoup + redoutables que la molle Europe, incapable pour l’instant de réagir aux provocations de la Turquie.”
Iran-covid19-sanctions-nucléaire

Le nouveau Parapluie Atomique Iranien

” Si le Hezbollah reste le rempart des communautés chrétiennes locales face à une emprise sunnite croissante, il est surtout, aux yeux de Washington, le prolongement de la capacité de nuisance Iranienne dans toute la région.
Il s’agit donc de tarir son influence locale & régionale en s’attaquant aux avoirs économiques de certains leaders économiques du Hezbollah & de démontrer que le Liban est un « Etat failli ».
Derrière cette tragédie humaine & économique, c’est donc bien évidemment l’Iran qui est la cible ultime de Washington & de Tel-Aviv,
& c’est avant tout le JCPOA (Accord sur le nucléaire iranien) qui a été le catalyseur de la conclusion de l’accord du 15 septembre.
Le Liban, comme la Syrie, la Lybie, l’Irak ou le Yémen, ne sont que des espaces de manœuvre pour atteindre l’effet final recherché par les stratèges étatsuniens :
affaiblir politiquement & financièrement le régime des Mollahs.
L’Iran n’est pas, n’est plus seul.
Il y a certes l’axe tactique d’Astana qui le lie à Moscou & Ankara en Syrie
& a empêché depuis 2015 le démembrement du pays & son abandon aux milices islamistes sous label Daech ou Al Qaeda avec notre complaisante & suicidaire bénédiction. ”
close

Vous appréciez mon blog ? Faites-le savoir !
Enjoy this blog ? Spread the word ...